La ville d’Edmonton a décidé d’implanter un projet-pilote sur quatre grandes artères de son territoire. En quoi consiste-t-il? Il s’agit de capteurs radars qui mesurent le niveau de bruit émis par les véhicules en circulation.

«Parfois, c’est juste incroyable», décrie le député Scott McKeen. «Certaines personnes ont modifié leur voiture, camion ou motocyclette afin de les rendre vraiment bruyants et rouler partout en vrombissant», ajoute celui qui habite le centre-ville.

À l’instar des radars photo de vitesse, ces capteurs mesurent l’intensité sonore des véhicules qui passent et celle-ci s’affiche sur des écrans. Les caméras, quant à elles, servent à photographier ceux qui dépassent 85 décibels. À terme, ces dispositifs pourraient servir à donner des contraventions aux véhicules dont le niveau sonore est excessif, mais on n’en est pas encore là.

À titre d’exemple, 85 décibels représentent le volume d’une tondeuse à gazon. On estime qu’à partir de ce niveau de bruit, une exposition prolongée (8h et plus) peut causer des dommages permanents à l’ouïe. Pas surprenant alors que plusieurs commerçants des artères visées soient en faveur de ce projet-pilote!

HeapMedia488677

L’an dernier, le Service de police d’Edmonton avait donné 29 contraventions à des motos en vertu du règlement municipal sur le bruit produit par les motocyclettes, mais aussi 113 amendes en vertu de la Loi sur la sécurité routière de l’Alberta.

Cette année, la ville en est déjà à 47 infractions pour les motocyclettes et 49 contraventions pour tout autre type de véhicule.

Seriez-vous ouverts à ce type de projet dans les grandes villes du Québec? Faites-nous part de vos réflexions, de vos craintes et de vos suggestions sur notre page Facebook !

Sources : CBC, Gouvernement du Canada