L’engouement des passionnés.

Au plus récent salon de New York, quelques véhicules aperçus ici et là en révèlent beaucoup sur la chose.

D’abord, au stand de Porsche, il était possible d’apprendre que la prochaine 911 GT3 aurait de nouveau une boîte manuelle à offrir à ses acheteurs. Lorsque la firme allemande avait décidé de la retirer du catalogue de cette voiture en 2014, cela avait signifié pour plusieurs la mort à court ou moyen terme de la boîte manuelle.

Si Porsche lançait la serviette…

Or, on a écouté les doléances des amateurs, semble-t-il. Oui, la boîte automatique est devenue plus efficace sur le plan de la performance et de l’économie d’essence, mais pour ce qui est du plaisir au volant, tout passionné de conduite vous le dira : il n’y a rien comme une voiture à trois pédales.

Au kiosque de Honda, la Civic Si et la variante Type R de la Civic ne pouvaient être vues qu’avec des boîtes manuelles. De son côté, Hyundai propose ce type de transmission dans l’Elantra Sport. Jusqu’ici, 25 % des ventes du modèle sont attribuables à la transmission manuelle. Chez Ford, les versions sportives des modèles Fiesta et Focus ne sont offertes qu’avec cette configuration de boîte et les ventes ont bondi de 21 % l’an dernier.

Ce que les constructeurs réalisent, c’est que pour attirer les passionnés, il est nécessaire d’offrir des versions à boîte manuelle. « La transmission manuelle est devenue un outil pour attirer ce type d’acheteur, bien plus que le prix de la voiture ou son rendement à la pompe », explique Mike Evanoff, le chef de la production de produits chez Hyundai.

En 1987, la boîte manuelle atteignait son apogée alors qu’elle pouvait être trouvée dans 25 % des véhicules vendus. En 2016, cette proportion avait chuté à 3.8 %. Même chez Ford, on note cette tendance avec les versions de base des modèles Fiesta et Focus où la boîte mécanique ne perce que 5 ou 6 % du marché.

Cependant, lorsqu’on se déplace vers les versions de performance, les données changent.

Bref, avant de dire que la boîte manuelle est morte, il y a lieu de réfléchir.

Elle vit une transition importante dans son histoire, c’est clair. En fait, elle est probablement en train de trouver sa place définitive, soit à bord de véhicules à vocation sportive.

Le plaisir de conduire, ça passe par le travail d’un pilote et non celui d’organes mécaniques trop sophistiqués.

Qu’on se le dise.