Pour les habitants de nombreux pays d’Asie, les tsunamis et les inondations constituent une menace constante. Or, c’est pour mieux les protéger de ces catastrophes naturelles que l’ingénieur japonais Hideo Tsurumaki a imaginé la FOMM Concept One.

En 2011, alors qu’il travaillait encore pour Toyota, Tsurumaki avait assisté impuissant à la dévastation causée par le tsunami qui frappait la côte nord-est du Japon en apercevant, entre autres, des automobilistes coincés dans leur voiture avant qu’elle ne soit engouffrée par les eaux tumultueuses.

Ces tristes événements lui avaient insufflé l’idée de créer une automobile à carrosserie étanche capable de flotter tout en résistant à de forts courants.

Cette vision a mené, en 2012, à la formation d’une entreprise, la société FOMM (acronyme de « First One Mile Mobility ») puis, deux ans plus tard, au dévoilement d’un premier prototype de voiturette urbaine à propulsion électrique.

Ce prototype de la Concept One avait d’ailleurs été qualifié, à l’époque, de plus petite automobile à quatre places au monde.

Son quatrième prototype, le plus récent (qu’on voit dans cette vidéo de la télévision thaï), va dans la même veine. Il ne mesure que 2,6 m (contre 2,7 pour une Smart Fortwo biplace) et ne pèse que 445 kg sans la batterie (1 047 kg pour une Smart).

Sa carrosserie faite en matière synthétique habille un châssis tubulaire. Ses deux moteurs-roues électriques, qui entraînent les roues avant, procurent une puissance de 10 kW (environ 13 ch). Ils sont alimentés par une batterie au lithium-ion conçue sous forme de cassette interchangeable.

Selon Tsurumaki, la Concept One a une vitesse de pointe de 50 km/h et elle pourrait parcourir environ 100 km… sur la route.

Dans l’eau, ses moteurs-roues avant entraînent le véhicule en tournant à haute vitesse grâce à la forme en hélice de la roue. Ils servent aussi de gouvernail lorsqu’on les tourne.

Les quatre prototypes réalisés jusqu’ici avaient deux roues motrices. L’ingénieur japonais étudie cependant la possibilité de doter la version finale de sa voiturette de quatre roues motrices, afin d’accroître son efficacité dans l’eau.

Il faut préciser, par ailleurs, que la Concept One est qualifiée d’amphibie temporaire (ou partielle). Contrairement à une Gibbs Aquada moderne ou à une Amphicar des années 60, la voiturette de Tsurumaki est destinée à protéger ses occupants dans des conditions d’urgences, et non à servir d’embarcation nautique de loisir.

Son concepteur précise d’ailleurs que « ses capacités pour se déplacer sur l’eau sont limitées » et qu’il est « nécessaire d’entretenir le véhicule pour qu’il conserve son étanchéité ».

Tsurumaki annonce aujourd’hui que la production de sa voiturette débutera en décembre 2018, sans toutefois préciser à quel prix elle sera offerte (il y a quatre ans, on avançait une somme d’environ 10 000 $). Il espère en produire 10 000 par année dans une usine située près de Bangkok, en Thaïlande, un autre pays régulièrement menacé par les tsunamis et les inondations.