Décidément, le constructeur chinois Geely aime bien les marques issues du vieux continent. Après avoir pris le contrôle de Volvo en 2010, le géant de l’automobile chinoise vient juste de faire l’acquisition de la marque Lotus. En effet, la transaction qui devra au préalable être approuvée donnerait à Geely le plein contrôle du constructeur d’origine britannique grâce à 51 % des actions de la marque de niche.

Lotus était déjà la propriété du constructeur Proton, mais ce dernier n’avait pas les ressources nécessaires pour aider le constructeur de voitures sport. L’addition de Geely à l’équation pourrait bien être la solution pour sortir Lotus de cette période plus sombre de son histoire.

Qui plus est, Geely a déjà exprimé son souhait de faire renaître les deux marques impliquées dans cette transaction. Avec Proton, Geely peut viser les marchés de conduite à droite comme l’Angleterre, l’Australie, l’Inde et, bien sûr, la Malaisie. De plus, la capacité industrielle du constructeur malais pourrait aider à moyen terme dans les pays du Sud-Est asiatique.

Quant à la marque fondée par Colin Chapman, ce passage au géant Geely signifie peut-être un accès direct à une commercialisation globale comme d’autres marques de prestige. Et en observant les récentes créations de Volvo développées en collaboration avec Geely, il est permis d’espérer le mieux pour Lotus.

Nous pouvons même espérer le retour de modèles plus abordables au sein de l’alignement nord-américain qui, pour l’instant, se limite à la très étonnante Lotus Evora, l’Elise et l’Exige n’étant plus conforme aux exigences de notre continent.