General Motors veut renvoyer aux oubliettes les plus gros inconvénients engendrés par la voiture électrique : l’autonomie réduite et l’angoisse qu’elle provoque. Selon les chiffres de consommation annoncés ce matin par le constructeur, par voie de communiqué, la Chevrolet Bolt 2017 sera capable de parcourir jusqu’à 383 km avant qu’il ne soit nécessaire de recharger sa batterie.

Dans le cas de la version européenne de cette voiture, qui sera vendue sous le nom d’Opel Ampera-e, le constructeur fait miroiter une autonomie pouvant « largement dépasser la barre fatidique des 400 km d’autonomie sans recharge ». En effet, la méthode de calcul du Nouveau cycle de conduite européen (NEDC) employée pour déterminer l’autonomie d’un véhicule à propulsion électrique en Europe est différente de celle de l’Environmental Protection Agency (EPA) qui sert aux États-Unis.

Ces chiffres placent la Bolt (et l’Ampera-e) devant ses rivales des autres marques. Au Canada, il s’agit de la Nissan Leaf 2017, dont l’autonomie annoncée est de 172 km, la BMW i3 (200 km), la Kia Soul EV (149 km), la Ford Focus électrique (120 km) et la Mitsubishi i-MiEV (100 km).

La Bolt est légèrement plus courte qu’une Volkswagen Golf à 5 portes (4 170 contre 4 268 mm). Son habitacle serait cependant assez spacieux pour transporter jusqu’à cinq personnes et son un coffre a un volume utile minimum qui atteint 478 L (490 L pour la Golf 5-portes).

Son moteur électrique est alimenté par une batterie au lithium-ion de 60 kWh logée dans le soubassement de la voiture. Développée en collaboration avec LG Chem, elle est produite en Corée du Sud.

Lorsque la charge de la batterie est au minimum, sa recharge nécessite huit heures avec une borne de 240 V. Cependant, deux heures de recharge suffiraient à accumuler assez d’énergie pour donner à la Bolt une autonomie d’au moins 80 km.

Ce groupe propulseur procure l’équivalent de 200 ch et un couple maximal de 266 lb-pi à cette compacte à hayon. Le constructeur annonce d’ailleurs qu’elle peut accélérer de 0 à 30 km/h en moins de 3 secs et de 0 à 60 km/h en moins de 7 secs. De plus, sa vitesse de pointe est limitée électroniquement à 150 km/h pour préserver l’autonomie.

Aux États-Unis, le constructeur fait miroiter un prix qui serait inférieur à 37 500 $ US ce qui, en appliquant les incitatifs offerts dans certains États, donnerait un prix de base inférieur à 30 000 $.

Le prix canadien n’a pas été annoncé. En revanche, on sait que la Bolt fera son entrée dans les salles d’exposition de nos concessionnaires au début de 2017.

L’Opel Ampera-e, pour sa part, sera dévoilée au Mondial de l’automobile à Paris, à la fin de septembre. Puis, les consommateurs européens devront attendre jusqu’à printemps 2017 pour s’en offrir une.

La Bolt sera assemblée à l’usine Orion Township de GM, dans le Michigan, à partir de la fin de l’année. Logiquement, l’Ampera-e devrait y être produite aussi, cependant GM ne l’a pas encore confirmé.