Ce mastodonte qu’on croirait sorti d’un film de la série Star Wars est en fait le prototype d’un véhicule électrique autonome (à conduite robotisée) alimenté par une pile à hydrogène que General Motors envisage de commercialiser d’ici cinq ans. On l’appelle SURUS.

Cet acronyme (qui est aussi un palindrome) signifie : Silent utility rover universal superstructure. Il décrit sans ambiguïté la nature de ce véhicule utilitaire électrique par le terme rover. En anglais, ce mot désigne un employé de soutien : celui qui remplace d’autres employés selon les besoins du moment.

L’arrivée prochaine de véhicules comme le SURUS devrait pousser les chauffeurs professionnels à chercher rapidement de nouveaux emplois.

Par ailleurs, GM profite, en quelque sorte, des dommages causés par l’ouragan Maria à Puerto Rico et au reste des Caraïbes pour faire valoir les qualités du SURUS, qui pourrait justement servir de véhicule de soutien lors de catastrophes pareilles.

Son architecture en fait un fardier ou porte-conteneurs idéal, car, à la base, il s’agit d’une plate-forme robotisée sur laquelle pourrait être ajoutée une cabine pour des passagers (comme le montre une des photos publiées par GM), qui ne servirait pas nécessairement un conducteur comme on l’imaginerait naturellement.

Le SURUS mesure environ 5 m de long et 2,3 m de large. Doté de quatre roues motrices et directrices, il a deux moteurs électriques (un à l’avant et un à l’arrière) alimentés par une pile à hydrogène et il pourrait parcourir jusqu’à environ 650 km.

En outre, le moteur électrique de ce véhicule pourrait aussi servir de génératrice pour fournir du courant alternatif ou continu à haut voltage, ou un courant alternatif à 120 v. Ce mode de génératrice pourrait aussi servir à charger des batteries au lithium-ion incorporées au châssis de ce véhicule.

Le SURUS est doté d’une pile à hydrogène de dernière génération mise au point par GM en collaboration avec Honda, un partenaire dans ce domaine depuis 2013.

Le géant étatsunien, qui envisage de mettre cette technologie sur le marché d’ici cinq ans, vise une clientèle commerciale, mais aussi militaire.

Pour les forces armées, un véhicule comme le SURUS présente de nombreux avantages tactiques. Puisqu’il est silencieux et que sa signature thermique est grandement réduite (n’ayant pas de moteur produisant de la chaleur), la distance à partir de laquelle le SURUS pourrait être détecté diminuerait de 90 %, selon GM. Les stratèges de l’armée s’intéressent aussi à l’eau produite par le processus d’hydrolyse inversée qui génère l’électricité, cette ressource étant cruciale dans un scénario de conflit.

Le SURUS sera d’ailleurs en vedette lors de la rencontre annuelle de l’Association of the United States Army (AUSA), qui a lieu à Washington D.C., du 9 au 11 octobre.