Jusqu’au jeudi 4 mai, vous pouvez voter une fois par jour pour les #PiresRoutes du Québec – c’est à dire 27 fois si vous commencez aujourd’hui.

Et qui sait, ce tronçon de route défoncé de nids-de-poule ou ce boulevard urbain qui a plutôt l’air d’un sentier de fin des bois, que vous (et votre véhicule!) endurez depuis des années, pourrait bien être nommé parmi les 10 pires routes du Québec.

C’est la 3e année que la division québécoise de la centenaire Association canadiennes des automobilistes invite les conducteurs de la Belle Province à dénoncer la situation en enregistrant leurs votes sur www.piresroutes-caaquebec.com.

L’objectif: «brasser le Québécois» aux autorités municipales et provinciales afin que nos infrastructures routières les plus en manque de soins se hissent au rang des priorités d’entretien et de réfection.

Et semble que ça marche: comme on vous le rapportait ici, CAA-Québec déclarait en octobre que 15$ millions de dollars étaient ou allaient être investis pour réparer… neuf des dix routes figurant au bilan 2016 (voir notre liste ci-dessous).

1) Route de Marcil – Port-Daniel-Gascons (Gaspésie)
2) Montée du Bois-Francs – Saint-Adolphe-d’Howard (Laurentides)
3) Rue Day – Pasbébiac (Gaspésie)
4) Rang Saint-Michel – Saint-Narcisse-de-Beaurivage (Chaudière-Appalaches)
5) Chemin Ville-Marie – Lévis (Chaudière-Appalaches)
6) Boulevard Gouin Est – Montréal (Montréal)
7) Route Fraser – Beauceville (Chaudière-Appalaches)
8) Route de la Baie-James – Baie James (Nord-du-Québec)
9) Chemin Kilmar – Grenville-sur-la-Rouge (Laurentides)
10) Chemin Saint-Thomas – Sainte-Thècle (Mauricie)

HeapMedia325180

«Coïncidence ou pas, ce qui importe, c’est que les réparations soient effectuées dans les meilleurs délais,» dit Sophie Gagnon, vice-présidente communications et affaires publiques chez CAA-Québec.

Car, tel que le fait si bien remarquer l’association, les passages répétitifs sur les chaussées «fissurées, trouées, effritées ou trop maganées pour être praticables en toute sécurité» causent également des inconvénients aux… portefeuilles.

Ainsi, les pièces automobiles les plus souvent endommagées sont les roues ou les pneus, de même que les suspensions. Coûts respectifs: 200$ et 300$ à 1000$.

C’est pourquoi chaque vote compte. Tous les usagers du réseau routier peuvent s’y commettre: automobilistes, camionneurs, motocyclistes, cyclistes, piétons… Ils peuvent voter autant de fois qu’ils le souhaitent, mais pas plus d’une fois par jour pour la même route.

L’an dernier, pas moins de 14 000 signalements ont été enregistrés. Pour encourager le geste encore cette année, CAA-Québec remettra des prix aux participants, notamment des cartes-cadeaux chaque semaine pour les restaurants La Cage, dépanneurs Couche-Tard et garages recommandés CAA.

En fin de parcours, quatre grands prix seront tirés au hasard, dont un crédit-voyage de 500$, une assurance automobile CAA-Québec et un ensemble de pneus Pirelli (d’une valeur de 2000$).

Alors, à vos #piresroutes et n’hésitez pas à faire parvenir vos photos à piresroutes@caaquebec.com. Mais de grâce, ne faites pas comme cet automobiliste qui, comme en témoigne le cliché ci-dessous, a utilisé son téléphone cellulaire pour dénoncer la situation… car photographier, c’est comme texter au volant et c’est passible d’une amende!

HeapMedia433780