Pour la première fois en près de 60 ans, la BMW 507 1957 du « King du Rock’n Roll », Elvis Presley, sera montrée au grand public. Elle sera présentée par BMW Group Classic au Concours d’élégance de Pebble Beach, en Californie, le 21 août prochain.

Chez BMW, on aime croire que c’est en mars 1958 qu’Elvis a eu son premier béguin. L’objet de cette passion soudaine n’était toutefois pas une jolie jeune femme, mais bien cette 507 décapotable.

HeapMedia378390

À 23 ans, déjà vedette internationale, le jeune Elvis était en Europe pour compléter ses deux années de service militaire (il était stationné en Allemagne). De passage en France durant un congé (dans son cas, il devait y en avoir beaucoup…), il assiste à une course de côte à l’Autodrome de Linas-Montlhéry, au sud Paris, et voit le champion en titre de l’époque, l’Allemand Hans Stuck, remporte une épreuve au volant d’une 507 fournie par le constructeur. Il n’en faut pas plus pour que le King tombe en amour avec cette voiture.

Elvis prend livraison de sa 507, qui porte le numéro de série 70079, en décembre 1958. Cette voiture, qu’on avait vue au Salon de Francfort de 1957, est aussi celle qu’avait pilotée à Hans Stuck. Son prix : 3 750 $ US. À l’époque, c’est à peine plus que le prix de base d’une Corvette 1957 neuve aux États-Unis (3 176 $ US) et, donc, une véritable affaire puisque des 507 neuves auraient coûté plus de 7 000 $ US !

Sa décapotable est animée par un V8 de 3,2 L dont les 150 ch, qui parviennent aux roues arrière par le biais d’une boîte de vitesses manuelle à 4 rapports, lui permettent d’atteindre une vitesse de pointe de 205 km/h.

La carrosserie blanche (« Feather White ») ne le restera pas longtemps. Les historiens du constructeur munichois racontent que la voiture d’Elvis est régulièrement « décorée » de marques de baiser, de numéros de téléphones et de messages en tous genres — souvent marqués à l’aide de rouge à lèvres ! Pour pallier ce problème (ou est-il simplement inspiré ?), Elvis décide de la faire repeindre en rouge vif !

Au début des années 60, il la vend à un concessionnaire Chrysler de New York qui lui trouve rapidement un nouveau propriétaire : Tommy Charles, un animateur de radio de Birmingham, en Alabama. Adepte de la course automobile, Charles pilotera occasionnellement cette 507 sur les circuits et remplacera même le groupe motopropulseur BMW par un V8 Chevrolet, une boîte manuelle Borg-Warner et un essieu arrière Chevrolet !

À la fin des années 60, un pilote de la US Air Force, Lloyd Cottle, sera le propriétaire suivant, mais brièvement. Car, c’est en 1968 que le Californien Jack Castor (photo ci-dessous), un ingénieur, en fait l’acquisition.

HeapMedia378401

Castor souhaite la restaurer, mais la tâche est colossale. La voiture cédée par Cottle est « fatiguée » et elle a maintenant un moteur à compresseur. La 507 du King est alors garée dans un entrepôt non loin de San Francisco. Elle y restera durant quatre décennies, le temps de permettre à Castor de réunir des pièces, de l’information sur la voiture et, surtout, deux V8 originaux, celui de la voiture d’Elvis ayant disparu depuis longtemps.

En 2014, la 507 d’Elvis réapparaît une première fois, mais dans le piteux état où elle se trouve. Elle est exposée au Musée BMW de Munich durant quelques semaines avant d’être expédiée aux ateliers de BMW Group Classic pour subir une restauration complète.

C’est donc un cabriolet 507 ayant retrouvé sa couleur blanche originale qui sera dévoilé à Pebble Beach dans une vingtaine de jours; une voiture qui sera assurément plus neuve qu’elle ne l’était à l’époque où Elvis l’a achetée.

À Pebble Beach, cette voiture fera partie d’une exposition thématique soulignant le centenaire de BMW. Aux côtés de cette 507, sur la 18e allée du célèbre Pebble Beach Golf Links, on verra quelques autres modèles marquant de l’histoire de la marque : deux BMW 328 de course qui ont participé aux Mille Miglia et aux 24 Heures du Mans, de même que deux « Art Cars », des voitures ayant servi de canevas à de grands artistes : Alexander Calder et Jeff Koons. On pourra également voir un cabriolet BMW 3/15 DA2 1930, une des premières automobiles de cette marque BMW. Il y aura aussi une Isetta 300 (de police !) et un cabriolet 3200 Autenrieth, qui seraient respectivement la plus petite et la plus grosse auto fabriquée par ce constructeur.

Fait à noter, la carrosserie de la BMW 507 a été esquissée par le comte Albrecht von Goertz (photo ci-dessous), un designer allemand (1914-2006) qui a également réalisé la 503, de même que la Toyota 2000GT (pour Yamaha). Le prototype de la 507 a été montré au Salon de l’auto de Francfort, en 1955, et la production a débuté l’année suivante.

HeapMedia378389

Au total, 254 exemplaires de la 507 ont été fabriqués entre 1956 à 1959. Le constructeur affirme fièrement que la majorité d’entre elles existent toujours. Favorite parmi les collectionneurs, une 507 vaut aujourd’hui plus de 2 millions de dollars en moyenne.