Surpris? Ne le soyez pas: pareille mesure annoncée par Transports Canada pour les véhicules neufs pesant 4536 kg ou moins remonte à octobre 2016. Et c’est une bonne nouvelle, car la caméra de recul peut sauver des vies et, dans une moindre mesure, nos véhicules.

En effet, cette mesure intervient après les données statistiques du ministère responsable de la sécurité dans les transports au pays et selon lesquelles, entre 2004 et 2009, les collisions lors de manœuvres en marche arrière auraient causé 27 décès et 1500 blessés au Canada.

Les caméras de recul «permettent de détecter la présence d’un enfant derrière un véhicule» en plus d’être « l’une des meilleures technologies de sécurité pour réduire les collisions en marche arrière», avait déclaré l’Honorable Marc Garneau, ministre des Transports, lors d’une conférence sur ce sujet en 2016.

Lors de son annonce, la nouvelle mesure de sécurité n’a fait l’objet d’aucune résistance de la part de l’industrie automobile, avait affirmé M. Garneau, qui avait expliqué que «les coûts (des caméras de recul) sont quand même modeste parce c’est fait à grande échelle».

HeapMedia485036

Le prix à l’unité du système de caméra varie de 40$ à 140$, selon le directeur général de l’Association canadienne des automobilistes (CAA), Ian Jack. «Ce n’est pas grand-chose dans le coût total du véhicule», indiquait-t-il, insistant sur le fait que chaque vie sauvée n’a pas de prix.

En 2014, les États-Unis avaient déjà initiés cette mesure qui devra aussi être obligatoire durant la mi-2018. Le Mexique est-il le prochain pays?

Voyez dans notre galerie-photos que toutes les caméras de recul ne sont pas égales. Mais elles ont toutes une chose en commun: le conducteur qui les utilise ne doit pas troquer sa vigilance – et sa responsabilité personnelle – pour celle d’une image retransmise à son écran de bord!