En fait, selon des informations obtenues par le magazine MAD-X, Lexus aurait annulé le développement du modèle de prochaine génération. La compagnie serait malaisée de la proximité de ce modèle avec la nouvelle LS, qui a fait ses débuts à Detroit en janvier dernier. La première pourrait nuire à la deuxième.

Même si la LS est bien plus grosse que la GS, les deux sont livrées avec un moteur V6. Si la GS propose une version pourvue d’un moteur V8, la GS-F, ses ventes sont parcimonieuses.

Ça, ce sont quelques-unes des raisons qui seraient avancées par Lexus. La vérité est bien plus complexe, mais tient clairement compte du déclin des ventes dans le segment des berlines intermédiaires au profit des VUS. En fait, il ne faut pas chercher plus loin, les berlines intermédiaires qui se vendent toujours sont du côté allemand. La GS, malgré des qualités incroyables, n’a jamais réussi à menacer l’hégémonie des perles avancées par Audi, BMW et Mercedes-Benz.

Dans ce contexte, pourquoi dépenser des sommes astronomiques pour une berline qui va peiner à faire ses frais?

Et Lexus a de l’expérience à ce chapitre. Lors du dernier renouvellement du modèle, la même question s’était posée. Le grand patron de Toyota, Akio Toyoda, avait alors déclaré au magazine Automotive News qu’il ne voulait pas cette voiture dans le portfolio de Lexus. Il avait été convaincu par les directeurs régionaux, avec les résultats que l’on connaît.

Il serait surprenant que Lexus refasse la même erreur.