La Hyundai Ioniq, dont la première mondiale a eu lieu la semaine passée à Séoul, en Corée du Sud, sera la première voiture abordable offrant le choix de trois types de motorisations à haut rendement éconergétique : une motorisation hybride classique, une motorisation hybride rechargeable et, enfin, une motorisation 100 % électrique.

Selon la version choisie par l’acheteur, cette voiture pourra aussi bien rivaliser avec une Toyota Prius ordinaire, une Chevrolet Volt ou une Toyota Prius PHEV, ou même une Nissan Leaf ou une Chevrolet Bolt.

La direction de Hyundai Auto Canada a confirmé que cette nouveauté sera offerte aux automobilistes canadiens plus tard cette année. Dans sa dernière livraison, l’hebdomadaire étatsunien Automotive News évoque une commercialisation débutant au cours du troisième trimestre de cette année.

Selon Hyundai, l’Ioniq hybride sera la première version offerte. « Le lancement de ce modèle annonce l’avènement d’une nouvelle vision de la mobilité future et notre volonté d’œuvrer en faveur de l’innovation technologique », a déclaré Moon-Sik Kwon, vice-président du centre de R et D de Hyundai Motor, lors du dévoilement à Séoul.

Les stratèges de la marque espèrent vendre 30 000 exemplaires de l’Ioniq en 2016, dont la moitié en sol coréen. Pour 2017, l’objectif est d’augmenter les ventes à 77 000 exemplaires, dont 62 000 seraient exportés.

Après la Corée, l’Ioniq fera sa première apparition en Occident dans le cadre du Salon de l’auto de Genève, au début du mois de mars. Plus tard ce mois-là, on la verra au Salon de New York, pour sa première nord-américaine, puis au Salon de Vancouver, pour sa première canadienne.

La version hybride classique de cette voiture compacte à hayon sera animée par un nouveau moteur de la famille Kappa : un 4-cylindres de 1,6 L GDI (à injection directe) qui livre 105 ch. Il est jumelé à un moteur électrique de 32 kW alimenté par une batterie au lithium-ion-polymères, dont le constructeur n’a pas précisé la capacité. Ce moteur électrique permettrait à l’Ionic hybride d’atteindre une vitesse de pointe de 120 km/h en mode électrique pur.

Une boîte de vitesses à 6 rapports et double embrayage spécialement développée pour les véhicules hybrides transmet aux roues avant une puissance nette de 141 ch, mais aussi 196 lb-pi de couple.

La batterie du moteur électrique est logée sous la banquette arrière pour optimiser la répartition de la masse, mais aussi pour dégager le coffre et offrir un volume utile que les dossiers rabattables asymétriques (60/40) de la banquette arrière rendent modulable. Le constructeur n’a pas révélé le volume utile maximal qui sera disponible avec les deux dossiers escamotés. En revanche, il a dévoilé le volume minimal, qui est de 750 L, une cote légèrement supérieure à celle du coffre de l’ancienne Prius 2015 (612 L).

Le constructeur attribue un coefficient aérodynamique (ou Cx) de 0,24 à cette nouveauté, soit le même que celui de la Toyota Prius 2016. Ses dimensions et son poids s’apparentent aussi beaucoup à celles des Prius de l’ancienne et de la nouvelle génération, comme en témoignent les cotes ci-dessous :
HeapMedia359429