MINI profite du Salon de l’auto de Francfort 2017 pour titiller les amateurs de véhicules électriques en leur donnant un aperçu de son interprétation de la mobilité individuelle d’un futur proche sous la forme du concept Mini Électrique. Conçu pour la conduite urbaine, ce véhicule préfigure une Mini à propulsion électrique de série promise pour 2019.

Cette nouveauté basée sur la Mini 3-portes sera assemblée dans l’usine d’Oxford, en Angleterre, alors que les éléments de sa motorisation proviendront de l’usine allemande de Dingolfing, qui est spécialisée dans ce domaine.

Le constructeur n’a révélé aucun détail sur la motorisation ou les performances de ce concept. Il les réserve pour le dévoilement du véhicule, prévu pour le matin du 12 septembre au salon de Francfort.

L’annonce faite cette semaine met plutôt en valeur le design très familier de ce concept, qui intègre des éléments de style nouveaux annonçant sans doute des choses à venir : le bouclier avant large et très évasé; l’élément décoratif asymétrique ornant le panneau qui remplace la calandre habituelle; les roues de 19 po à motif en croix; les optiques avant d’allure particulière et les feux arrière qui évoquent un Union Jack !

Le modèle de série qui succédera à ce prototype ne sera pas la première Mini électrique. Ce titre revient à la Mini Cooper E, un modèle dévoilé au Salon de l’auto de Los Angeles, en novembre 2008. Capable de parcourir jusqu’à 250 km, cette voiture a été fabriquée en très petite série (pas plus de 600 exemplaires) pour réaliser des évaluations à grande échelle dans quelques grandes villes du monde, de 2009 à 2011. La Cooper E a aussi servi à développer la BMW i3.

Rappelons également que Mini offre déjà un modèle électrifié. Il s’agit de l’utilitaire Countryman Cooper S E All4 PHEV. Ce modèle hybride rechargeable inscrit au catalogue canadien de la marque peut parcourir environ 40 km en mode électrique pur.