Le mystère entourant la nouvelle limousine de Vladimir Putin a finalement été élucidé. C’est à bord d’une voiture d’apparat 100 % russe baptisée Aurus Senat, qui n’a rien à envier à une opulente Rolls-Royce, que le président de la Fédération de Russie a parcouru les quelques centaines de mètres séparant le Palais du Sénat et la salle Andreevsky dans l’enceinte du Kremlin, avant l’investiture de son quatrième mandat, le 7 mai dernier.

« Oui, il l’a aimée », a confirmé Dmitry Peskov, un porte-parole du Kremlin en répondant, le lendemain, à un journaliste qui souhaitait connaître les premières impressions du président à l’égard de sa nouvelle limousine.

Longue de 6,6 m, l’Aurus (contraction d’Aurum, or en latin, et de Russie) est animée par un V8 de 4,4 L qui entraîne les quatre roues par le biais d’une boîte de vitesses automatique à 9 rapports. Développé en collaboration avec Porsche et Bosch, ce moteur produit 598 ch pour permettre à cette voiture blindée qui pèse 6,5 t de se mouvoir prestement.

L’Aurus est le fruit du projet Cortège (Kortezh ou Кортеж en russe), une initiative de M. Putin devant faire naître une marque de véhicules de luxe proprement russe.

Selon l’Institut central russe de recherche scientifique sur l’automobile et les moteurs, également connu sous le nom de NAMI (НАМИ), le projet Cortège a débuté en 2013.

Dans les premières heures, ses responsables envisageaient de créer un partenariat avec des entreprises comme Marussia, Valmet, Dartz, Sukhoi ou ZIL, qui auraient pris en charge la production.

C’est finalement le group Sollers qui est devenu, en janvier 2015, le partenaire responsable de la fabrication des véhicules. Ce constructeur russe assemble déjà des véhicules pour Ford, SsangYong, Mazda, Toyota et Isuzu, en plus d’être propriétaire et fabricant des camions et utilitaires de marque UAZ.

Les véhicules du projet Cortège doivent partager une plateforme modulaire appelée UMP (pour Unified Modular Platform) par NAMI, car ce projet ne vise pas qu’à développer une limousine présidentielle, mais bien une gamme entière de véhicules de conception russe. Des véhicules qu’on prévoit d’ailleurs vendre localement, mais également à l’extérieur du pays, entre autres, en Chine.

Selon un document confidentiel datant de 2015 obtenu de NAMI, la plateforme UMP donnera naissance à quatre gammes de véhicules de luxe dont la production annuelle pourrait dépasser 31 000 unités.

La limousine Aurus Senat fait partie de la gamme qui était désignée jusqu’ici sous l’appellation President (nom désormais remplacé par Aurus). Elle réunira la limousine et une berline de prestige, toutes deux appelées Senat, un utilitaire de luxe comparable au Range Rover baptisé Komendanta et une grosse fourgonnette d’environ 14 places nommée Arsenal, qui serait comparable à une Chevrolet Express DEPP, une variante russe de l’Express américaine.

HeapMedia485270

Sollers prévoit produire chaque année entre 200 et 300 exemplaires de la Senat. La limousine sera d’ailleurs en vente l’automne prochain, a affirmé Dmitry Peskov. Elle sera offerte pour un prix dépassant 200 000 $, selon le ministre de l’Industrie et du Commerce de Russie, Denis Manturov. Enfin, les premiers modèles de série devraient être livrés au cours du premier trimestre de 2019.

La berline Senat et le prototype du VUS Komendanta seront, par ailleurs, en vedette au Salon de l’auto de Moscou, qui se tiendra du 29 août au 9 septembre.

Parmi les autres véhicules qui feront usage de la plateforme UMP, selon NAMI, une gamme portant le nom de code Ursus réunira une berline de luxe devant rivaliser avec la BMW Série 7, de même qu’un utilitaire de taille moyenne comparable au BMW X5.

Une autre gamme de produits appelée Cosmo proposera un utilitaire de taille moyenne de la trempe du Jeep Grand Cherokee. Enfin, un utilitaire compact produit en partenariat avec UAZ (УАЗ dans la langue du pays) constituera une gamme portant le nom de cette marque.

Le projet UMP prévoit également le développement d’une gamme de moteurs V6, V8 et V12 à essence et diesel, qui seront lancés entre 2018 et 2030. Le V8 de la limousine présidentielle en fait partie.