Elle est rose, démesurément longue et unique. Vedette à quatre roues des émissions de la série étatsunienne Pink Panther Show diffusée à la fin des années 60, la Panthermobile fait une rare apparition au Salon de l’auto de Los Angeles.

Les Bébés Boomers se souviendront de cette automobile fantaisiste qui les faisait rêver à la télé, les samedis matins. Le Pink Panther Show était une émission de dessins animés inspirés par les films comiques de la série The Pink Panther des années soixante mettant en vedette l’acteur britannique Peter Sellers dans le rôle du Français Jacques Clouseau, un inspecteur gaffeur de la Sûreté nationale.

À la télévision, cette voiture inusitée n’apparaissait pourtant que dans la courte séquence d’ouverture (qu’on voit dans la vidéo ci-dessous), et encore seulement dans les émissions produites en 1969 et 1970. On la voit, roulant sur des routes californiennes et conduite par un pilote casqué qui, dans les dernières séquences seulement, se révèle être un adolescent !

L’esthétique de la Panthermobile est le fruit de l’imagination de l’illustrateur Ed « Newt » Newton et c’est le Californien Jay Ohrberg qui l’a construit. Ohrberg est un artisan qui s’est spécialisé dans la fabrication de véhicules utilisés par les studios hollywoodiens. Il a réalisé des véhicules comme la DeLorean des films Back to the Future, la Batmobile qu’on a vu dans la série télévisée originale et les films de 1966 et 1989, de même que la Dodge Charger General Lee de la série télévisée Dukes of Hazzard.

La carrosserie tout acier de la Panthermobile, qui mesure 1,8 m de large et 7,0 m de long, habille le châssis d’une Oldsmobile Toronado des années 60. Plus longue que la plus longue des camionnettes Super Duty de la Série F de Ford, cette voiture est animée par le V8 de 7,0 L de la Toronado, qui entraîne les roues avant par le biais d’une boîte de vitesses à 3 rapports.

Le conducteur occupe le siège avant, qui est exposé aux éléments. Il doit porter un casque servant à le protéger du bruit produit par le V8 logé derrière lui.
L’intérieur ressemble à une « capsule de plaisir » (certains diront plutôt « baisodrome ») avec le plancher couvert d’un épais tapis « shaggy », de nombreux coussins et un bar, au fond.

HeapMedia409367

Jay Ohrberg a conservé la Panthermobile, dont la fabrication aurait coûté environ 100 000 $ US, jusqu’en 2007, année où l’encanteur britannique Coys lui a trouvé un acheteur, qui a déboursé 143 500 $ US.

Puis, en 2011, ce dernier la revend à Galpin Auto Sport, sans toutefois réussir à obtenir davantage, sans doute parce qu’à l’époque la voiture a beaucoup vieilli et nécessite une restauration intégrale — cosmétique et mécanique. C’est la tâche à laquelle les spécialistes de cette entreprise de Los Angeles se sont attaqués au cours des cinq dernières années.

Et c’est une rutilante Panthermobile qui a fait une première apparition lors de l’exposition annuelle (Galpin Motor Car Show) organisée par Galpin Auto Sport, en septembre. Actuellement, il est possible de l’admirer au Salon de l’auto de Los Angeles, qui est présenté au Centre des congrès de cette métropole jusqu’au 27 novembre.