Radio-Canada a appris hier que la Sûreté du Québec allait sévir contre les automobilistes délinquants qui décident de couper la ligne lorsqu’une file est formée à cause de la lourde circulation aux heures de pointe.

Le corps de police québécois a décidé de frapper fort hier non loin du pont-tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine en faisant appel à un avion nolisé pour identifier les contrevenants. Cette nouvelle stratégie employée par la société est due à un nombre croissant de plaintes de la part d’automobilistes qui en ont assez de ces gens qui coupent sans avertissement.

L’avion sera employé toute la semaine à cet endroit et il y a fort à parier que d’autres endroits dans la grande région de Montréal seront ciblés dans un proche avenir, les travaux de la saison estivale contribuant à une augmentation de la circulation.

Le franchissement de la ligne blanche pour couper en ligne sera passible d’une amende de 311 $ (frais inclus) en plus de 3 points d’inaptitude. Les policiers stationnés au sol ont travaillé de concert avec ceux qui étaient dans l’avion dans le but de distribuer des dizaines de contraventions.

Cette offensive de la SQ n’a certainement pas plu aux quelques automobilistes arrêtés hier, cette offense au code de la sécurité routière pouvant être débattue sur la place publique. D’un côté, il y a les récidivistes qui n’ont cure de respecter le temps d’attente des autres automobilistes et il y a les autres, ceux qui sont moins attentifs aux panneaux indicateurs du réseau québécois et qui décident de changer de voie rapidement, parfois même en n’utilisant même pas le clignotant pour avertir. Et n’oublions pas le fait que certains automobilistes essaient tant bien que mal de se ranger dans la file, mais sans succès. Résultat : ils doivent souvent s’arrêter sur la ligne dans l’espoir que l’automobiliste qu’ils coupent leur cède le passage.

Malheureusement, il est impossible de connaître les vraies raisons de ces manœuvres dangereuses au moment de l’arrestation. Un agent de la SQ reçoit des ordres spécifiques et il les applique au mieux de ses capacités. Il va sans dire que cette pratique fera plaisir aux milliers d’automobilistes qui font la file chaque jour et qui voient des dizaines de véhicules couper devant ou derrière eux, ce qui retarde encore un peu plus le temps d’attente quotidien.

Personnellement, je fais partie de ceux qui attendent en ligne et qui, à l’occasion, laissent passer un automobiliste, surtout lorsque ce dernier a indiqué depuis un bon moment qu’il veut changer de voie à l’aide de son clignotant, mais je dois avouer que c’est fâchant de devoir laisser passer un automobiliste à la dernière minute lorsque la ligne blanche est pleine et que la sortie se trouve à quelques mètres seulement. L’envie de bloquer l’accès à ces conducteurs téméraires est forte, très forte même, mais une telle manœuvre pourrait mener à une situation encore plus dangereuse ou même violente si jamais le contrevenant sortait de son véhicule pour s’engager dans un épisode de rage au volant. On ne sait jamais à qui on s’adresse dans le trafic!

Je me dois d’applaudir cette nouvelle stratégie de la SQ, même si ça ne règlera pas le fléau pour autant. Au mieux, les automobilistes concernés y penseront à deux fois avant de dépasser en file à l’avenir, surtout si le corps policier décide de prolonger ce nouveau programme pour quelques semaines. La seule manière d’éduquer les utilisateurs de la route, c’est de répéter ce genre d’opération.