En juin 2015, Les Edgar, patron de la nouvelle société TVR Automotive, et l’ingénieur et designer Gordon Murray, annonçaient qu’une nouvelle TVR serait lancée. Deux années se sont écoulées depuis cette annonce et, comme promis, cette nouveauté a été dévoilée vendredi dernier dans le cadre de l’exposition Goodwood Revival, au Royaume-Uni. Il s’agit de la TVR Griffith.

Mise au point par Gordon Murray Design, la société que dirige le père de la McLaren F1 1993, la Griffith a une carrosserie et un châssis faits de fibre de carbone dont la conception est inspirée des technologies de la Formule 1.

Cette voiture biplace ne pèse donc que 1 250 kg et bénéficie d’une répartition de masse idéale (50/50).

Son nom est bien connu des partisans de la marque. Il a servi à deux reprises dans l’histoire de TVR pour désigner des modèles : les Griffith 200 et 400 fabriquées de 1963 à 1967, de même qu’une Griffith produite, celle-là, de 1991 à 2002.

La nouvelle TVR est animée par un V8 Cosworth atmosphérique de 5,0 L jumelé à une boîte de vitesses manuelle Tremec Magnum XL à 6 rapports conçue pour encaisser 700 lb-pi de couple à 7 500 tr/min.

Ses concepteurs estiment que la Griffith pourra atteindre une vitesse de pointe de plus de 200 km/h et accélérer de 0 à 96 km/h (60 mi/h) en moins de 4 s.

De grandes prises d’air et des accessoires d’effet de sol ont d’ailleurs été prévus pour préserver sa stabilité à haute vitesse.

La voiture rouge vif présentée à Goodwood constitue le prototype d’une série spéciale soulignant le lancement d’une nouvelle TVR. Baptisée Griffith Launch Edition, seulement 500 exemplaires de cette voiture seront produits. Elle aura un habitacle paré de cuir, des roues en alliage exclusives, un vaste choix de couleurs pour la carrosserie et un système d’infodivertissement haut de gamme.

Elle sera offerte à partir de 90 000 £ (un peu moins de 145 000 $) et les premières livraisons sont prévues pour la fin de 2019.

Rappelons que les origines de la marque TVR remontent à 1946, année où Trevor Wilkinson fonde la société Trevcar Motors à Blackpool, dans le nord-ouest de l’Angleterre. Peu de temps après, il la renomme TVR Engineering en n’utilisant que les lettres de son prénom.

Cette marque devient rapidement reconnue pour ces voitures sport légères, agiles et performantes construites avec un châssis tubulaire. Après l’Angleterre et l’Europe, les TVR font leurs en Amérique du Nord dès 1956.

Des problèmes récurrents de gestion et les aléas du marché n’entraîneront cependant rien de moins que quatre restructurations : en 1965, 1981, 2004 et 2013, la dernière en date. Cette année-là, l’entreprise est acquise par l’homme d’affaires britannique Les Edgar qui en a fait TVR Automotive.

Après avoir mis sur pied un réseau international des propriétaires de TVR et avoir créé TVR Parts, pour assurer la pérennité de leurs automobiles, il lance le projet T37 avec Gordon Murray qui a donné naissance à la Griffith présentée la semaine dernière.