Le constructeur japonais Nissan propose désormais une formule originale et nouvelle pour interpréter l’expression « camping vert » avec la nouvelle miniautocaravane électrique Nissan e-NV200. Ce véhicule pour nomades routiers a été dévoilé dans le cadre du Salon de l’auto de Madrid, le mois dernier.

Ce véhicule récréatif sera fabriqué en petite série pour le marché européen exclusivement par le carrossier BRAM Tecnologies de Cal Bassacs, en Catalogne.

Cette entreprise se spécialise depuis une vingtaine d’années dans la transformation de fourgonnettes en autocaravanes. Sa gamme actuelle est composée de véhicules fabriqués à partir de fourgonnettes Ford et Nissan dont, entre autres, la Nissan NV200 à moteur à essence commercialisée également au Canada.

De là à développer une miniautocaravane basée sur l’e-NV200, la variante électrique de la NV200, il n’y avait qu’un pas à faire.

Qui plus est, cette fourgonnette électrique, qui a été lancée en 2014, est produite à l’usine de la Nissan Motor España (NME) à Barcelone, des installations situées à tout juste une heure et demie de route au sud de Cal Bassacs.

HeapMedia486353

Une version améliorée de cette fourgonnette a d’ailleurs été lancée cette année. Grâce à la batterie de 40 kWh qu’utilise la Nissan Leaf 2018, l’e-­NV200 peut désormais offrir une autonomie pouvant atteindre 280 km dans les meilleures conditions, affirme le constructeur.
Cette cote, basée sur la méthode d’évaluation du Nouveau cycle européen de conduite (New European Driving Cycle ou NEDC, en anglais) utilisée par les constructeurs sur le Vieux Continent, représente une hausse de plus de 60 % par rapport à la batterie de 25 kWh de l’e-NV200 antérieure.

BRAM propose deux versions de cette miniautocaravane, que vendront les concessionnaires espagnols de la marque : la Weekender, la plus abordable, et la Pacific, qui bénéficie d’une dotation la plus étoffée.

Cette dernière dispose d’ailleurs, entre autres, d’une table amovible, d’une installation électrique à 12 v, des sièges avant à bases pivotantes, de même que d’un module réunissant de petites armoires, un combiné poêle-évier et un réfrigérateur de 40 L avec congélateur Thermobox.

Chacune dispose d’un toit escamotable avec lits pouvant accommoder deux (petites) personnes, comme dans le Volkswagen Westfalia mythique qui fait tant rêver. Avec la banquette arrière qui est transformable, cet aménagement permet à quatre personnes de dormir dans cette fourgonnette de 4,7 m, qui est à peine plus longue qu’une Nissan Leaf (4,5 m).

HeapMedia486356

Le prix de cette miniautocaravane électrique n’a pas été annoncé. On peut cependant l’estimer à environ 40 000 €, soit environ 60 000 $.

On connaît le prix de base de la BRAM Weekender à moteur à essence : 26 950 € (un peu plus de 41 000 $). Ce prix représente une différence de 15 350 € par rapport au prix de base d’une fourgonnette NV200 ordinaire (11 600 €) en Espagne. Or, en ajoutant cette différence au prix de base de la fourgonnette e-NV200, qui est 24 500 € (environ 37 500 $) dans ce pays, on obtient 39 850 €. C’est presque 40 000 €.

La fourgonnette e-NV200 est entrée en production à l’usine espagnole de Nissan en mai 2014. Or, en janvier dernier, NME avait produit un peu plus de 15 000 exemplaires de ce véhicule pour le marché mondial.

Plusieurs se demandent pourquoi l’e-NV200 n’est pas offert en Amérique du Nord. Selon le directeur des Communications de Nissan Canada, Didier Marsaud, « le e-NV200 a été développe et dessiné pour le Marche Européen et, de ce fait, il ne satisfait pas actuellement les normes Nord-Américaines qui sont différentes. »

La faible demande observée sur notre marché pour le NV200 (le modèle à moteur à essence) explique peut-être l’absence de sa contrepartie électrique. En 2017, Nissan a vendu 18 602 exemplaires de cette petite fourgonnette aux États-Unis et seulement 1 748 au Canada.

À titre de comparaison, durant la même période, Ford a vendu 127 360 Transit aux États-Unis et 11 958 au Canada.