Nissan dévoilera l’Infiniti QX50 Concept au Salon de l’auto de Detroit en janvier. Ce prototype préfigure le modèle de série qui remplacera l’utilitaire QX50 2016, un modèle qui tarde à être renouvelé.

En effet, les origines de l’actuel QX50 remontent à 2007. En août cette année-là, Nissan avait dévoilé l’EX35, la première mouture de ce véhicule qui était basé sur la berline Infiniti G37 d’alors (la Nissan Skyline au Japon). En décembre, les concessionnaires canadiens avaient reçu leurs premiers exemplaires de cet utilitaire compact.

Le nouveau concept d’Infiniti présente un véhicule clairement proche de la production. Le constructeur le présente d’ailleurs comme une évolution du QX Sport Inspiration (photo ci-dessous), un autre prototype dévoilé, celui-là, à Beijing en Chine, en avril dernier.

HeapMedia411420

À l’instar de l’actuel QX50, le concept qu’on verra à Detroit aura un habitacle à 5 places dont le design serait « organique et axé sur le conducteur », affirme le constructeur qui n’a diffusé que trois photos et deux esquisses montrant l’extérieur du véhicule.

En revanche, ces images annoncent une silhouette nettement plus costaude que celle de l’actuel QX50. Une forme très sculptée mise en valeur par des blocs optiques avant ultraminces constitués de DEL.

Le QX50 occupera toujours une place intermédiaire entre le petit QX30, clone du Mercedes-Benz GLA, et le QX60, jumeau luxueux du Nissan Pathfinder.

En outre, la présentation de ce prototype permettra à Nissan de mettre en valeur deux de ses nouvelles technologies : de nouveaux dispositifs d’aide à la conduite et le nouveau VC-Turbo, un moteur suralimenté à taux de compression variable.

Le QX50 Concept sera le premier véhicule d’Infiniti doté de dispositifs d’aide à la conduite sophistiqués annonçant des technologies en devenir qui permettront un jour aux véhicules de cette marque de se déplacer de manière autonome. Ces technologies font d’ailleurs partie de l’ensemble de conduite autonome ProPilot offert pour la fourgonnette Nissan Serena 2016 au Japon, un nouveau modèle dévoilé à Tokyo, en juillet dernier.

Le constructeur affirme que ces nouveaux dispositifs dont le prototype Infiniti sera muni permettent de délester le conducteur de deux tâches exigeantes : la gestion de la conduite dans un trafic dense, de même que la supervision des mouvements des véhicules entourant le prototype sur la route.

Quant au 4-cylindres VC-Turbo de 2,0 L, il s’agit d’un moteur à taux de compression variable qui serait prêt pour la production. Les ingénieurs de Nissan y travaillent depuis la fin des années 90.

Dévoilé au Mondial de l’Automobile de Paris, en septembre dernier, son taux de compression peut varier de 8:1 (pour des performances élevées) à 14:1 (pour optimiser le rendement éconergétique). La vidéo ci-dessous illustre son fonctionnement :

Cette solution technique procure un couple comparable à celui de moteurs turbodiesel modernes, sans leurs émissions de particules polluantes importantes, et une puissance comparable à celle d’un 6-cylindres, avec une consommation moindre.

Sans le dire, Nissan laisse entendre que le nouveau QX50 pourrait en être équipé.

Rappelons que le constructeur suédois Saab avait présenté le prototype d’un moteur à taux de compression variable au Salon de Genève, en mars 2000. Baptisé SVC (pour Saab Variable Compression), ce moteur, qui était en développement depuis la fin des années 80, devait réduire la consommation de carburant de 30 %.

Primé par plusieurs prix d’ingénierie décernés en 2000 et 2001, il fut cependant relégué aux oubliettes après la prise de contrôle de Saab par General Motors, à la fin de 2000. Le constructeur étatsunien avait justifié sa décision par les coûts élevés de mise au point anticipés. Parions qu’à l’époque, la consommation de carburant n’était une priorité pour GM…