Trois ans après avoir annoncé l’amorce du développement de son premier véhicule utilitaire sport, Rolls-Royce a dévoilé en première mondiale à Londres aujourd’hui le Rolls-Royce Cullinan, un modèle qui deviendra le VUS de série le plus cher au monde.

Lorsque débutera sa commercialisation, à la fin de l’année, le Cullinan aura un prix de base gravitant autour de 250 000 £ (environ 430 000 $). Naturellement, les versions personnalisées seront encore plus chères.

À titre de comparaison, au Canada, le concurrent Bentley Bentayga est offert à partir de 241 900 $, alors que le prix de base du Lamborghini Urus est 240 985 $.

Le Rolls-Royce Cullinan, qui emprunte son nom au plus gros diamant brut de l’histoire, vise une clientèle avide de posséder le «Rolls-Royce des VUS», un véhicule au luxe, aux performances et au comportement routier inégalés.

Au sein de la gamme britannique, le Cullinan occupera une position intermédiaire entre le modèle d’entrée de gamme Ghost (environ 350 000 $) et la berline haut de gamme Phantom (environ 500 000 $).

Véritable superlatif des VUS, le Cullinan est plus volumineux que le Bentayga, son rival direct. Il est plus long (5,3 m contre 5,1), plus large (2,2 m contre 2,0) et plus haut (1,8 m contre 1,7). De plus, son empattement est nettement supérieur (3 295 mm contre 2 995).

Il conserve néanmoins les éléments de design propres à tout produit Rolls-Royce, à commencer par cette traditionnelle calandre en Panthéon faite en acier inoxydable poli à la main et ornée de l’écusson aux doubles R, au sommet de laquelle trône l’incontournable statuette Spirit of Ecstasy.

Par ailleurs, l’extrémité arrière de sa carrosserie anguleuse se termine par un hayon dont la forme légèrement protubérante doit rappeler la partie arrière des Rolls-Royce « D-Back » des années 30, dernières voitures de la marque à avoir eu un coffre séparé posé sur un support extérieur.

Cette carrosserie tout aluminium habille une variante de la plateforme utilisée par les voitures de la gamme Phantom; une plateforme destinée à tous les futurs produits du groupe BMW. La plateforme du Cullinan serait d’ailleurs 30 % plus robuste que celle de la Phantom.

Ce véhicule, qui pèse néanmoins 2,7 t, reprend également le V12 de 6,75 L de la Phantom. Ce moteur biturbo de 571 ch produit 627 lb-pi à partir de 1 600 tr/min, ce qui explique la douceur anticipée des accélérations. Il est jumelé à une boîte de vitesses automatique ZF à 8 rapports et autorise une vitesse de pointe de 250 km/h.

Le Cullinan sera également doté d’une transmission intégrale, de roues de 22 po et d’un système à quatre roues directrices, une première pour Rolls-Royce.

Le constructeur décrit ce nouvel utilitaire comme « une voiture tout-terrain surélevée, qui incarne pour la première fois l’idée de voyage authentique et luxueux hors des sentiers battus. Une voiture qui permet de voyager dans le luxe, sans effort, partout. »

Le coffre transformable reflète cette vocation grâce à son volume utile, qui peut varier de 560 à 1 930 L, des cotes comparables à celles du Bentayga (431-1 774 L). Ce côté polyvalent vise sans doute à encourager les visites fréquentes chez l’antiquaire de la famille !

« Nos clients nous l’avaient demandé : pouvoir aller partout, dans un luxe sans compromis, dans la plus pure tradition séculaire de Rolls-Royce », explique M. Torsten Müller-Ötvös, le chef de la direction de Rolls-Royce Motor Cars.

« Nos prestigieux clients souhaitent partir à la conquête des territoires les plus irrévérencieux dans leurs Rolls-Royce, afin de vivre des expériences hors du commun, partout. Ils attendaient que Rolls-Royce crée une voiture offrant un luxe sans compromis, aussi folle que soit la destination de son propriétaire. Cette voiture, c’est le Cullinan. »

C’est clairement pour satisfaire ce genre de requêtes que les concepteurs de Rolls-Royce ont mis au point, entre autres aménagements, la « Cullinan Viewing Suite ». Un bouton permet de « déployer gracieusement » depuis l’intérieur du coffre deux chaises contemporaines orientées vers l’arrière et réalisées dans le cuir le plus fin, de même qu’une table à cocktail, explique le constructeur qui décrit cet ensemble comme un « espace de contemplation luxueux et confortable ».

Cette « suite » doit permettre au propriétaire du Cullinan« de jouir des vues les plus époustouflantes du monde, d’assister à un concours équestre ou même regarder ses enfants participer à leur journée de sport scolaire. »

HeapMedia485248

En point de presse, M. Müller-Ötvös a affirmé qu’il prévoit que les États-Unis deviendront le marché le plus important pour le Cullinan, un pays qui occupe déjà la première place au palmarès des ventes de la marque.

Il s’attend également à ce que ce véhicule soit « très populaire » en Chine, marché où Rolls-Royce a réalisé 40 % de ses ventes en 2017.

Ce VUS devrait d’ailleurs accroître considérablement le volume annuel des ventes de Rolls-Royce, ce que M. Müller-Ötvös s’est toutefois gardé de chiffrer.

En 2017, la marque britannique a livré 3 362 automobiles à l’échelle mondiale, ce qui représente une baisse importante de 16 % par rapport à l’année précédente.