Un décret tout juste émis par le roi Salmane ordonne que les femmes de l’Arabie Saoudite puissent obtenir le droit de demander – et le droit de recevoir un permis de conduire.

Du coup, les Saoudiennes pourront prendre le volant d’une automobile sans craindre d’être arrêtées, fouettées et/ou emprisonnées, comme ce fut le cas pour celles qui ont sporadiquement bravé l’interdiction au fil des trois dernières décennies.

Le seul pays au monde à interdire aux femmes de conduire (plutôt ironique, de la part de celui qui vit pourtant du pétrole…) s’aligne donc enfin sur ce qui est permis dans toutes les autres contrées.

Quand même: il faudra voir comment l’autorisation de conduire en Arabie Saoudite se mariera avec l’obligation pour les femmes de ce pays d’obtenir l’autorisation de leur mari, de leur père ou de leur frère pour ne serait-ce que sortir seules de la maison.

Également, il faudra voir comment la loi, imposée par décret royal, s’écrira. Car il y a trois ans, pareil assouplissement avait été annoncé par les autorités arabes, mais les ultraconservateurs avaient tué le projet dans l’oeuf…

… même si le projet en question ne visait que les femmes de plus de 30 ans, qui allaient pouvoir prendre le volant de jour seulement et ce, à condition d’être vêtues sobrement… et de ne pas être maquillées. (!)

D’ailleurs, lisez ici comment, à l’époque, les contestataires au droit de conduire des femmes soutenaient que pareille mesure allait inciter celles-ci à sortir plus souvent de la maison, allait entraîner des embouteillages – ce qui allait priver les jeunes hommes de leur opportunité de conduire – et… allait menacer la santé des ovaires.