Lapo Elkann, le nom vous dit quelque chose? Il est l’héritier de Giovanni «Gianni» Agnelli, qui a veillé à la destinée Fiat jusqu’à sa mort en janvier 2003. Ce petit-fils chéri de l’Italie est aussi celui qui a fait les manchettes à l’automne dernier pour avoir simulé son kidnapping à New York… afin d’empocher la rançon. (Les accusations sont, depuis, tombées.)

Surtout, Lapo Elkann tient de son grand-père le sens de l’élégance extravagante et l’amour des beaux designs. D’où sa mise sur pied du Garage Italia Customs (GIC), il y a près de deux ans maintenant.

L’atelier de personnalisation, établi à Milan, mise sur les décalques (qu’on y désigne comme du wrap-paint) plutôt que sur de la peinture de carrosserie. Voilà qui donne davantage de latitude esthétique, en plus d’être moins coûteux et, donc, accessible à un plus grand nombre de bourses, clame son créateur.

Déjà, le GIC a donné naissance à cette Mazda MX-5 Levanto aux couleurs chatoyantes d’un coucher de soleil (notre photo ci-dessous). D’ailleurs, voyez ici ce qu’on disait à peu près à pareil moment l’an dernier de l’habitacle tapissé de… denim japonais. (!)

HeapMedia436492

Mais plus souvent qu’autrement, ce sont des Fiat (évidemment!) que modifie le designer de 39 ans. Et cette semaine, celui qui porte lui-même haut les couleurs a remis ça avec non pas une, mais bien deux… Fiat 500 Kar-masutra.

Vous avez bien lu: les Fiat Kar-masutra, comme dans la mythique philosophie indienne de l’art amoureux et des pratiques sexuelles, qui a son pendant japonais (le saviez-vous?) avec le Shijuuhatte.

Pour l’occasion, les deux mini-voitures ont été recouvertes avec, pour l’une, quelques illustrations des 64 positions indiennes et, pour l’autre, des étampes reproduisant quelques-unes des 48 positions japonaises.

Si toutes se retrouvent sur l’une ou l’autre des voitures? Difficile à dire, avec ces bandeaux rectangulaires noirs qui viennent censurer les parties les plus exhibitionnistes. Mais s’il faut chaud…

… vraiment chaud, ces bandeaux de la censure disparaissent, grâce à la magie d’un vernis thermochromique, ce qui libère ainsi les décalques les plus… intimes.

Les habitacle ont aussi été transformés. Le premier puise à même l’univers du sado-masochisme, tout de rouge revêtu et caché des regards indiscrets par des rideaux écarlates. Notez ce martinet qui sert de levier pour rabattre le siège avant, puis remarquez la forme du levier de vitesse…

La seconde Fiat a vu son intérieur prendre les couleurs de la chair, en plus de voir apparaître d’autres images explicites à son tableau de bord. Loin d’être gêné de sa dernière… toquade, le designer Elkann a accompagné sa publication sur Facebook de l’énoncé suivant: «Qui a dit que l’amour et le sexe étaient péchés?»

HeapMedia436484