Gilbert Speed avait sept enfants. Pour les amuser, il leur avait acheté un poney. Mais, constatant qu’ils ne s’intéressaient pas au quadrupède, un jour il leur dit : « puisque c’est ainsi, je m’en débarrasse ». Ce jour-là, il échangea le poney pour un « pony car » : une Mustang 1965 !

Cette histoire vraie est celle de la famille Speed de Valdosta, une petite ville située dans le sud de la Géorgie, à mi-chemin entre Tallahassee et Jacksonville dans l’État voisin de la Floride.

Le père de cette famille dirigeait une petite entreprise de transport dont tous les camions étaient des Ford. Pas surprenant qu’il se soit offert une Mustang.

Daniel Speed, un ingénieur spécialisé dans l’aérospatiale, avait 10 ans le jour où cette Mustang est arrivée à la maison. Il raconte que tous les membres de sa famille sont tombés en amour avec la voiture. Un attrait qui n’a jamais tari depuis, puisque les enfants de M. Speed, aujourd’hui décédé, possède maintenant neuf Mustang différentes : sept Mustang Mach I (trois 1969, deux 1970 et deux 1971), une Mustang 1973 décapotable et une Mustang GT 1993.

Au fil des ans, les frères et soeurs Speed ont acheté, puis revendu plusieurs autres modèles que Daniel et son jeune frère, Chester, s’amusaient à restaurer. Des Mustang, mais jamais de Mustang II, précise Daniel.

Les porte-parole de Ford aux États-Unis nous apprennent que, depuis le décès de leur père, au moins deux fois l’an, les Speed se réunissent à l’occasion d’expositions de voitures anciennes, de performances et de collection, pour se rappeler des souvenirs d’enfance et pour partager avec le public leur passion commune.

D’ailleurs, pour eux, la fête débute avant l’exposition : lorsqu’ils paradent fièrement sur l’autoroute ensemble, au volant de leurs pony car respectifs !