Cette multiplication des chantiers routiers qui mettent à rude épreuve la patience des automobilistes, c’est le le prix à payer pour améliorer nos routes dont le mauvais état suscite de vives critiques.

Tant le gouvernement québécois que certaines villes mettent les bouchées doubles depuis quelques années pour corriger la situation. Et ce sera encore le cas en 2018.

La région métropolitaine sera particulièrement affectée dans les prochains mois. Bien sûr, le mégaprojet d’infrastructure que constitue le réaménagement de l’échangeur Turcot continuera d’entraîner son lot de fermetures, de détours et de ralentissements dans un vaste périmètre entourant ce secteur stratégique. Le site turcot.transports vous permet d’ailleurs de suivre en temps réel l’évolution des travaux et des entraves qui en découlent.

D’autres projets majeurs sous la responsabilité de Transports Québec seront aussi en chantier dans les semaines à venir dans la région montréalaise. Par exemple: la reconstruction de ponts d’étagement de l’autoroute 13, à la hauteur de l’autoroute 40, ainsi que la reconstruction du pont de la rue de l’île Charron au-dessus de l’autoroute 25 à Longueuil.

HeapMedia483869

La Ville de Montréal elle-même a récemment annoncé une ambitieuse programmation de travaux de remise en état des rues, trottoirs, aqueducs et égouts pour l’année 2018.

Un peu plus de la moitié de l’investissement record de 1,17 milliard de dollars ira directement sur le réseau routier. On prévoit refaire la surface de 330 kilomètres de rues et réaménager quelque 145 intersections (!) pour les rendre plus sécuritaires. Dix-huit ponts feront aussi l’objet d’interventions.

Parmi les projets qui risquent de perturber le plus la circulation de la métropole en raison de leur ampleur, mentionnons:

  • la réfection de la rue Saint-Hubert, entre les rues Bellechasse et Jean-Talon;
  • la réfection de la rue Peel, entre l’avenue Des Pins et la rue Sherbrooke;
  • le parachèvement des travaux et l’aménagement d’un nouveau lien cyclable est-ouest sur les boulevards Laurentien et Lachapelle;
  • les travaux préparatoires à l’implantation du SRB-Pie-IX, entre le Pont Pie-IX et l’avenue Pierre-de-Coubertin;
  • l’aménagement de la vélorue Saint-André, entre la rue Cherrier et l’avenue Laurier.

HeapMedia484605

Ailleurs au Québec, des chantiers routiers s’accompagneront aussi d’entraves importantes pour les automobilistes. Ainsi, dans la région de Québec, trois projets retiennent l’attention:

  • le début de l’élargissement de l’autoroute Henri-IV, notamment dans le secteur de l’échangeur Einstein;
  • l’élargissement de l’autoroute Laurentienne sud, entre la rue de la Faune et le boulevard Lebourgneuf;
  • la réfection de structures dans les échangeurs nord des ponts de Québec;
  • la fin des travaux de réaménagement des autoroutes 40 et 73.

HeapMedia484611

Et dites-vous bien que ce n’est qu’un début. Le plan des investissements routiers 2018-2020, dévoilé au mois de mars par le ministère des Transports, prévoit pour 4,8 milliards de dollars de travaux. Voilà qui se traduira par près de 2200 chantiers au cours deux deux prochaines années.

Pour avoir une idée de ce qui s’en vient chez vous, consultez la page du site de Transports-Québec consacrée à ces projets routiers, qui comporte même une carte interactive.

Bien sûr, le ministère affirme mettre en œuvre les moyens nécessaires afin d’atténuer l’impact de tous ces chantiers sur la fluidité de la circulation. Chaque chantier fait en outre l’objet d’une coordination avec les municipalités concernées afin d’éviter, si possible, la réalisation en même temps d’autres travaux majeurs à proximité.

Il n’en demeure pas moins que les automobilistes continueront à souffrir cet été… avec l’espoir de profiter un jour d’un réseau routier à la hauteur de leurs attentes.

Pour en savoir plus sur les projets susceptibles d’affecter la circulation dans chacune des régions, on peut consulter la plate-forme web Québec 511 .