Akio Toyoda, le grand patron de Toyota, avait fort à faire aux États-Unis ces derniers jours. Le 9 janvier, il présentait la nouvelle berline de taille intermédiaire Camry à la presse mondiale au Salon de l’auto de Détroit, au Michigan. Trois jours plus tard, il se retrouvait à Miami Beach, en Floride, pour dévoiler, cette fois, un concept fonctionnel baptisé Lexus Sport Yacht à l’île Di Lido, dans la baie de Biscayne.

« Ce concept d’un yacht de sport Lexus nous a permis d’explorer l’application du langage de style Lexus au domaine maritime », explique Yoshihiro Sawa, vice- président exécutif de Lexus International.

Le résultat de cet exercice donne un luxueux navire de plaisance découvert capable de transporter de six à huit passagers. Ce concept, qui n’est pas destiné à la production, a été mis en chantier à la demande des dirigeants de Lexus par la société Marquis Yachts LLC de Pulaski, au Wisconsin, en 2015. Le constructeur nippon a choisi cette entreprise à cause de ses capacités d’ingénierie et de fabrication, et ses compétences dans le domaine des structures composites de grandes dimensions réalisées à la main, peut-on lire dans un communiqué publié lors du dévoilement.

Ce yacht sport est entraîné par deux puissants V8 de 5,0 L à essence qui produisent une puissance totale de 885 ch permettant d’atteindre 43 noeuds — 80 km/h si vous préférez.

Ces moteurs sont des dérivés du V8 de haute performance 2UR-GSE que partagent les coupés LC 500 et RC F, de même que la berline sportive GS F de Lexus.

À cela s’ajoute un propulseur d’étrave commandé par joystick qui doit faciliter les manœuvres d’accostage

La coque de ce yacht Lexus mesure 12,7 m de long et 3,86 m de large. Elle est faite d’un polymère à renfort de fibre de carbone (CFRP), un matériau qui a permis de retrancher 1 000 kg à la masse du navire comparativement à un yacht similaire réalisé en plastique renforcé de fibre de verre (FRP).

Bien assis dans son siège réglable électriquement, le capitaine pilote à l’aide d’un panneau regroupant plusieurs écrans tactiles couleur servant à afficher les informations de navigation du GPS, des cartes maritimes numériques, du radar de surface et d’un sonar sous-marin. Ce panneau de commande permet aussi de contrôler l’éclairage et les systèmes multimédias en réseau avec connexion Wi-Fi 4G.

La cabine avant est assez haute pour se tenir debout et dispose d’un canapé à six places, d’une table et d’un système de climatisation. L’aménagement conjugue le cuir, le bois et le verre pour offrir un environnement luxueux.

On y trouve également une cuisine équipée d’une plaque de cuisson à deux feux, d’un évier et d’un réfrigérateur situé sous le comptoir, de même qu’une douche installée dans la salle de bain.

Toyota n’est pas un nouveau venu dans l’industrie des navires de plaisance. Depuis une vingtaine d’années, le constructeur japonais produit des bateaux appelés Ponam qui sont vendus au Japon. De 1998 à 2001, Toyota a même fabriqué une autre gamme de bateaux appelés Epic aux États-Unis.

L’histoire raconte qu’il y a quelques années, Akio Toyoda aurait eu l’idée de développer le concept d’un yacht sport Lexus après avoir passé plusieurs jours en mer aux commandes d’un Ponam. Il aurait alors exprimé son désir d’évaluer le potentiel qu’un yacht de haute performance et de prestige pourrait apporter à l’image de marque de Lexus.