— Article mis à jour le 25 juillet 2018 à 6h30

La mort de Sergio Marchionne, annoncée aux petites heures ce matin par la société FCA, a mis prématurément un terme à la brillante carrière de l’artisan derrière la relance de Chrysler et de Fiat.

Déjà, l’annonce inattendue de son départ de Fiat Chrysler Automobiles, samedi, avait causé la stupeur. Gravement malade, ce personnage charismatique est décédé aujourd’hui, le 25 juillet, après avoir passé les derniers jours dans le coma, rapporte le quotidien italien La Repubblica dans sa parution courante. Marchionne a été remplacé par l’actuel patron de Jeep et de Ram, Mike Manley, un vétéran de l’industrie.

Dans un communiqué publié il y a cinq jours, la direction de FCA annonçait qu’alors que l’Italo-Canadien se remettait d’une opération à l’épaule subie à l’Hôpital universitaire de Zurich, « Sergio Marchionne a souffert de complications inattendues et son état a sérieusement empiré ces dernières heures. Par conséquent, M. Marchionne sera incapable de reprendre le travail ». Il avait été admis à l’hôpital le 27 juin dernier.

La direction de l’hôpital est demeurée muette sur la cause des conditions « irréversibles » affectant M. Marchionne, mais le média italien affaritaliani.it exposait dans son article d’hier deux causes probables: un cancer du poumon (il était un fumeur invétéré) et une lésion à l’aorte.

Sergio Marchionne dirigeait Fiat depuis 2004. C’est lui aussi qui a échafaudé la reprise de Chrysler, en 2009, alors que l’entreprise américaine était en faillite. Puis, en 2014, il a succédé à Luca di Montezemelo à la direction de Ferrari, entreprise qu’il a par la suite dissociée de FCA pour en faire, l’année suivante, une entreprise publique inscrite à la bourse de New York.

HeapMedia487577

Ironiquement, l’Italo-canadien qui venait tout juste d’avoir 66 ans (le 17 juin dernier) avait prévu de quitter en avril 2019 le poste de direction du septième constructeur automobile en importance au monde. Cela explique les réactions plutôt modérées, y compris la faible baisse de la cote de FCA en bourse, qui ont suivi l’annonce de son remplacement, ces derniers jours.

Voyez dans notre galerie-photos, qui relate les grands moments de sa carrière, que sa dernière apparition publique remonte au 27 juin, à Rome. Sergio Marchionne avait alors remis aux Carabinieri (les gendarmes italiens) le premier Jeep Wrangler d’une série préparée pour patrouiller sur les plages de la Romagne. M. Marchionne était lui-même fils d’un maréchal des carabiniers.

Pragmatisme et abordable, Marchionne était un bourreau de travail consommant cigarettes et espressos en quantité. Toujours vêtu d’un tricot noir (ainsi, il n’avait pas à interroger sa garde-robe chaque matin pour savoir ce qu’il allait porter…), il se considérait comme «réparateurs d’entreprises».

Avocat et économiste de formation (deux disciplines qu’il a étudiées à Toronto et à Windsor, en Ontario), Marchionne avait mis son talent à contribution dès 2005 pour régler un différend opposant Fiat Auto à General Motors. Il avait alors réussi à mettre un terme à ce partenariat sans issue et obtenir du constructeur américain une compensation de 2 milliards de dollars. Plusieurs analystes affirment d’ailleurs que cette somme a largement contribué à relancer Fiat à l’époque.

Puis, en 2009, il conclut une entente avec le président des États-Unis, Barack Obama, pour reprendre Chrysler, alors en faillite, sans débourser un sou, mais en promettant de partager des ressources techniques.

HeapMedia487581

Citée par le quotidien Chicago Tribune, l’analyste de l’industrie d’Autotrader, Michelle Krebs, n’hésite pas à affirmer que « Chrysler n’existerait plus aujourd’hui si ce n’était de Marchionne, de sa vision des choses et son sens du risque ».

C’est le Britannique Mike Manley, 54 ans, qui poursuivra la stratégie exposée par Marchionne en juin. Ce plan d’affaires quinquennal allant de 2018 à 2022 prévoit, entre autres, le développement de véhicules utilitaires et de camionnettes, de même que d’importants investissements dans l’électrification des véhicules. Des projets qui doivent doubler les profits de l’entreprise d’ici 2022.

Au centre de cette stratégie se trouve la marque vedette de FCA: Jeep. Dirigée par Manley depuis 2009 (qui dirige également la marque Ram depuis 2015), son volume de vente doit doubler d’ici 2022 pour atteindre environ 2,8 millions d’unités vendues à la grandeur de la planète.

À elle seule, au cours des cinq prochaines années, la marque Jeep doit lancer 14 véhicules électrifiés – dont quatre électriques purs.

HeapMedia487571

D’importants efforts seront également déployés autour des marques Ram, Chrysler, Fiat, Alfa Romeo et Maserati. Les attentes entourant, entre autres, la nouvelle camionnette Ram TRX, un modèle tout terrain de haute performance, sont grandes, compte tenu du fait que FCA souhaite également doubler les ventes de cette division d’ici 2022. L’an dernier, elles ont dépassé 550 000 unités.

Samedi, la direction de FCA a aussi attribué à John Elkann, 42 ans, la fonction de président de Ferrari. Il est le petit-fils de Gianni Agnelli, lui-même petit-fils de Giovanni Agnelli, de qui il avait hérité la direction de Fiat en 1966.

Pour sa part, Louis Carey Camilleri est devenu le chef de la direction de cette marque italienne prestigieuse.

Contrairement aux autres marques de FCA, Ferrari est celle dont l’avenir semble le moins défini actuellement. D’ailleurs, Marchionne avait prévu de demeurer à sa direction jusqu’en 2021. Pour l’instant, outre le fait que ses profits soient en hausse, on sait seulement que des projets de moteurs hybrides sont en développement, tout comme celui d’un VUS.

HeapMedia361268

Sergio Marchionne aura été un des hauts dirigeants de l’industrie automobile restés en poste le plus longtemps. Au cours de ses 14 années passées au service de Fiat SpA, puis de Fiat Chrysler Automobiles, ses réalisations ont été nombreuses. On voici un bref survol.

Juin 2004 : Nomination au poste de chef de la direction de Fiat SpA. Il succède à quatre autres dirigeants qui ont transité à ce poste durant une période de deux ans !

Février 2005 : Règlement d’un différend mettant fin au partenariat unissant Fiat Auto et General Motors. GM verse une compensation de 2 milliards de dollars.

Février 2005 : Transfert de propriété de la marque Maserati de Ferrari à Fiat et annonce d’une collaboration technique et commerciale future de Maserati et Alfa Romeo.

Juin 2009 : Fiat SpA prend le contrôle de Chrysler Group LLC.

HeapMedia487582

Janvier 2011 : Les marques de véhicules commerciaux, industriels, militaires et agricoles de Fiat sont regroupées en une nouvelle entreprise : CNH Industrial.

Janvier 2014 : Fiat SpA complète son acquisition de Chrysler Group LLC et amorce la fusion menant à la création de Fiat Chrysler Automobiles. Après 90 ans, on disait «adieu Chrysler, bonjour FCA».

Octobre 2014 : Fusion des actifs de FCA complétée; entrée de la nouvelle entreprise à la bourse de New York.

Octobre 2015 : Ferrari devient une marque publique et fait ses débuts à la bourse de New York.

Décembre 2015 : Échec d’un projet amorcé par Sergio Marchionne pour fusionner FCA et GM.

Juin 2018 : Annonce d’un plan d’affaires quinquennal 2018-2022 visant à doubler les profits de FCA par, entre autres, une diversification des utilitaires et des camionnettes, et une électrification grandissante.