Un passionné d’autos anciennes fait revivre une marque disparue depuis presque 100 ans. L’Allemand Karl-Heinz Bosch a relancé la marque Loryc en 2014. Il amorce maintenant la fabrication de son premier modèle de série : la Speedster, une petite biplace à moteur électrique.

Fabriquée à la main sur l’île de Majorque, lieu d’origine de cette marque qui n’a existé que de 1920 à 1923, la Speedster évoque les modèles originaux de la marque en adoptant toutefois une motorisation électrique.

Fondée en janvier 1920 par Don Antonio Ribas et Rafael de Lacy, la société Loryc (acronyme de Lacy, Ouvrard, Ribas y Cía) a fabriqué des voiturettes, ou cyclecars comme on les surnommait à l’époque, équipées, elles, d’un moteur à essence produisant 15 ch.

La Loryc du 21e siècle évoque l’allure des voiturettes d’antan avec son faux radiateur surmonté d’un imposant écusson de la marque et encadré de phares circulaires.

Ses roues Borrani produites exclusivement pour l’entreprise majorquine sont chaussées de pneus étroits et la fabrication d’une de ces voitures, qui a une carrosserie en aluminium, nécessite 1 200 heures de travail, nous apprend Bosch.

HeapMedia408602

Alimenté par une batterie au lithium fer phosphate (LiFePO4) de 30 kWh, son moteur livre une puissance de 20 ch et ce groupe propulseur devrait permettre à la Loryc de parcourir jusqu’à 264 km dans les meilleures conditions.

La petite Loryc emprunte deux douzaines de composants mécaniques à l’Opel Adam, une sous-compacte fabriquée par General Motors en Allemagne. Elle utilise, entre autres, ses trains avant et arrière, sa direction, ses freins à disques et son frein de stationnement.

Bosch s’est tourné vers l’Opel Adam (qu’on voit sur la photo ci-dessous) pour fabriquer la Loryc parce que ces composants « permettaient d’accroître l’autonomie en limitant la masse et donnaient à la Loryc un comportement tout à fait actuel. »

HeapMedia408601

C’était indispensable pour obtenir une homologation européenne pour cette voiture électrique qui ne pèse que 800 kg (la batterie pèse à elle seule 350 kg).

Maintenant que l’homologation a été obtenue avec le prototype, trois nouvelles Loryc sortiront bientôt des ateliers à Santa Ponça. Bosch entend les louer à des touristes en visite ou peut-être même les vendre. Cependant, il n’ambitionne pas d’en produire des milliers. À tout le moins, il peut désormais les produire en petite série selon la demande.