Lotus a présenté cette semaine l’Exige Sport 380, une nouveauté qui serait, selon son constructeur britannique, l’Exige la plus puissante de l’histoire de ce modèle. Ce petit bolide offrirait des performances supérieures à celles de modèles de haute performance ayant un prix dans les six chiffres, du moins sur le marché européen.

La 380 est une évolution de l’Exige Sport 350 présentée en 2015. Pour cette nouvelle venue, qui a un caractère sportif pointu, on a misé sur un surcroît de puissance, moins de poids et un profil aérodynamique optimisé.

Au coeur de ce bolide loge une nouvelle version du V6 à compresseur de 3,5 L, dont la puissance a été portée à 380 ch (d’où son nom). Ce moteur suralimenté livre ses 302 lb-pi de couple à 5 000 tr/min et il est jumelé à une boîte de vitesses manuelle à six rapports. Une boîte automatique à six rapports est offerte parmi les options et elle n’affecte nullement les performances.

Car le constructeur ose affirmer que « l’Exige Sport 380 n’est vraiment pas faite pour les timides ». Avec un poids à vide d’à peine 1 066 kg et un rapport puissance-poids de 357 ch par tonne, cette nouvelle Lotus offre une grande maniabilité et des performances impressionnantes. Elle peut accélérer de 0 à 100 km/h en 3,7 secs et atteindre une vitesse de pointe de 286 km/h. C’est deux dixième de secondes de mieux et 12 km/h de mieux que l’Exige Sport 350 qui l’a précédé.

Cette augmentation de puissance provient de l’adoption d’une nouvelle poulie de compresseur de suralimentation, qui augmente la pression de charge, mais aussi d’une pompe d’alimentation plus performante, d’une nouvelle programmation de l’unité de contrôle moteur et d’un nouveau système d’échappement emprunté aux Evora 400 et Sport 410.

HeapMedia409798

Pour obtenir ces gains de puissance, le constructeur a aussi misé sur un allègement. En repensant la conception de certains composants de la carrosserie (déflecteur avant, panneau d’accès avant, aileron arrière, encadrement du diffuseur arrière) faits en fibre de carbone, il a été possible de retrancher 2,7 kg. À cela s’ajoute une nouvelle lunette arrière en polycarbonate transparent (-0,9 kg), de nouveaux sièges sport en carbone (-6 kg), une batterie au lithium-ion (-10,3 kg), des roues forgées ultralégères et des disques de frein rainurés en deux sections (-10 kg) qui procurent une réduction additionnelle de 26,3 kg de la masse.

On a poussé le raffinement du design jusqu’à repenser le panneau traversant arrière, constitué désormais de deux feux plutôt que les quatre de l’Exige Sport 350, les feux de recul et l’antibrouillard (obligatoire en Europe) étant désormais logés dans le panneau. Un nouveau design qui a permis d’économiser 0,3 kg supplémentaire !

L’Exige Sport 380 est munie d’un système de gestion dynamique de la performance (Dynamic Performance Management ou DPM) offrant des réglages « Sport » et « Race » optimisés, qui permettent, par exemple, de supprimer la détection du sous-virage.

HeapMedia409800

On constate que le constructeur n’a pas hésité à ramener cette voiture au niveau du pilote en « évitant l’excès d’électronique et en supprimant les interfaces superflues qui affadissent l’expérience de conduite. Ainsi, l’Exige Sport 380 propose une conduite très pure, qui doit être testée au volant pour être pleinement appréciée. »

L’Exige Sport 380 est offerte à partir de 67 900 £ (environ 110 000 $) et même un passionné de conduite sportive québécois peut se l’offrir, mais uniquement s’il l’utilise sur des circuits privés.