Le terme « diesel » n’est pas très bien perçu par les temps qui courent. Le scandale des motorisations TDI en est la cause évidemment, mais malgré tout, certains joueurs de l’industrie veulent profiter de cette situation pour implanter leurs stratégies respectives sur le continent nord-américain.

C’est le cas notamment de Chevrolet avec sa berline Cruze sans oublier le nouvel Equinox diesel attendu à l’automne. Chez Mazda, le populaire CX-5 redessiné pour 2017 est lui aussi un candidat pour le carburant alternatif, lui qui sera équipé d’une mécanique turbodiesel après l’été lui aussi. Ça fait déjà un bail que la division nipponne nous promet un tel groupe motopropulseur, mais il semble que l’année-modèle 2018 soit la bonne, du moins si on se fit aux dires du constructeur.

Et Mazda n’entend pas jouer les seconds violons avec sa variante diesel. En effet, le président des opérations américaines de Mazda, Masahiro Moro, a déclaré qu’il s’attendait à ce que le CX-5 diesel s’accapare 10% des ventes totales du VUS aux États-Unis.

En fait, le CX-5 sera un bon indicateur du genre de consommateur intéressé par cette nouvelle technologie et il n’est pas impossible que le bloc turbodiesel trouve refuge sous le capot d’un ou deux autres modèles distribués chez nous.

Le nouveau Mazda CX-5 2017 à l’essai.

Les chiffres de puissance et de couple n’ont pas encore été divulgués, mais déjà, sur d’autres marchés, le 4-cylindres de 2,2-litres de cylindrée livre une puissance de 173 chevaux et un couple optimal de 310 lb-pi, un bon indicatif du potentiel de ce moulin. Il est déjà indiqué que cette motorisation sera offerte sur les livrées plus cossues au début pour éventuellement être proposée sur des modèles plus abordables.

Il sera intéressant d’observer la réaction des consommateurs canadiens face à ce nouveau produit. Disons seulement que les mécaniques turbodiesel ont toujours été plus populaires au nord du 49e parallèle. Espérons seulement que l’automne 2017 demeure la date de livraison des premiers exemplaires de ce CX-5 SkyActiv-D. La réponse dans quelques mois…