Lorsqu’un véhicule change trop peu souvent et risque de tomber dans l’oubli, on l’utilise à toutes les sauces pour susciter l’intérêt des passionnés et les faire gazouiller sur le Net. Voilà ce que fait une fois encore Mercedes-Benz en transformant son utilitaire Classe G aux origines humbles en un luxueux véhicule de prestige baptisé Mercedes-Maybach G 650 Landaulet. Une nouveauté dont prix sans doute astronomique (qui n’a pas été révélé) justifiera sans doute qu’il ne soit produit qu’à 99 exemplaires.

Après avoir reçu un train de roues doubles à l’arrière, une variété de moteurs toujours plus puissants les uns que les autres et même une motorisation électrique conçue pour satisfaire le Terminator, cet ancêtre du siècle dernier conçu initialement pour des applications militaires est aujourd’hui propulsé vers les plus hautes sphères du prestige en recevant une carrosserie de type landaulet — avec une partie arrière décapotable — ornée du double M de Maybach, une marque galvaudée par les stratèges de Mercedes.

Pour mieux comprendre la nature de ce véhicule, qui mélange les genres, il faut d’abord savoir qu’un landaulet est une carrosserie qui remonte à l’époque des voitures à cheval. Dans cet univers, comme dans celui des constructeurs d’automobiles qui a suivi, le landaulet (ou « petit landau », si l’on veut) est caractérisé par une courte section décapotable qui ne découvre que l’espace de la banquette arrière.

Ce type de carrosserie a émaillé l’histoire de plusieurs marques, à commencer par Mercedes, Benz, Mercedes-Benz et Maybach dès le début du 20e siècle. À l’époque, toutefois, elle était réservée aux modèles achetés par de riches automobilistes ou aux plus grands de ce monde.

Mercedes-Benz a d’ailleurs fabriqué plusieurs imposantes limousines découvrables du genre qui ont servi lors de parades et autres événements publics, tantôt au pape, tantôt à des souverains, etc. La photo d’archives qu’on peut voir dans cet article et qui montre la Reine Elizabeth II d’Angleterre saluant la foule à bord d’un imposant landaulet Merecedes-Benz 600 Pullman en compagnie du premier ministre de Baden-Württemberg, Kurt-Goerg Kiesinger, lors d’une visite d’État à Stuttgart en Allemagne, en 1966, illustre bien la nature superlative de ces voitures.

Mais aujourd’hui, c’est un vulgaire 4×4 affuble d’une carrosserie découvrable du genre que ses concepteurs le qualifient de « tout-terrain le plus noble et le plus emblématique du monde » simplement parce qu’on lui a donné le nom Mercedes-Maybach. Wilhelm Maybach a dû se retourner dans sa tombe en l’apprenant !

Après tout, ce G 650 n’est qu’un Classe G comme les autres. Un modèle qu’on s’est contenté de rendre plus cossu à l’aide d’une dotation qui fera parler les gens.

Ça reste un mastodonte qui mesure 5,3 m de long et 2,2 m de haut, et dont la garde au sol est près d’un demi-mètre.

Conçu pour quatre personnes, le G 650 Landaulet offre deux niveaux distincts de confort. Car, tandis que le conducteur et le passager avant occupent un espace à toit fixe, les passagers arrière jouissent d’un confort maximal puisqu’une simple pression sur un bouton permet à la capote de se replier pour leur permettre d’admirer le ciel bleu et de profiter du plein air.

Une vitre de séparation à commande électrique permet aussi d’isoler l’espace arrière au besoin. Pour plus d’intimité, à la pression d’un bouton, cette vitre transparente peut également être rendue opaque.

Les sièges arrière individuels empruntés à la berline de luxe Classe S disposent d’une multitude de réglages. Ils peuvent même être placés en position allongée pour un confort optimal et disposent d’une fonction massage. À cela s’ajoute un repose-pieds réglable en longueur et en inclinaison.

La dotation de série du G 650 Landaulet comprend une console centrale avec porte-gobelets climatisés et deux tablettes escamotables, comme dans un avion, qui sont destinées à faciliter l’écriture ou l’utilisation d’appareils électroniques.

Deux écrans multimédias à haute résolution de 10 po complètent l’environnement des passagers arrière pour leur assurer un divertissement.

Le G 650 Landaulet partage les essieux déportés du G 63 AMG 6×6 et du G 500 4×42, qui donnent une impressionnante garde au sol de 450 mm permettant à ce véhicule à quatre roues motrices de s’aventurer hors des sentiers battus. Par ailleurs, un V12 AMG biturbo de 630 ch qui produit 738 lb-pi de couple procure la sportivité souhaitée pour un véhicule de prestige.

Le Mercedes-Maybach G 650 Landaulet fera ses débuts au Salon de l’auto de Genève, qui ouvre ses portes le 9 mars prochain. Produit à 99 exemplaires non numérotés, précise le constructeur, il sera en vente à compter de l’automne 2017.