Nissan Canada lance un programme de véhicules d’occasion électriques « qualifiés » pour son modèle emblématique : la LEAF. Cette annonce faite dans le cadre du premier Salon du véhicule électrique de Montréal (SVÉM), vendredi, emboîtait le pas aux annonces visant à stimuler l’acquisition de véhicules ne produisant aucune émission polluante présentées par les deux paliers de gouvernement au même événement.

Les LEAF (acronyme signifiant Leading, Environmentally friendly, Affordable, Family car) qu’offriront les 43 concessionnaires certifiés du Canada proviendront des États-Unis et seront modifiées localement pour être rendues conformes à la réglementation canadienne.

Ces modifications se résument à installer un faisceau de fils pour disposer de feux diurnes, à modifier l’affichage de l’indicateur de vitesse et de l’odomètre en unités métriques et à remplacer le réservoir de liquide lave-glace de 2,5 L des modèles étatsuniens pour un réservoir de 4,5 L.

En outre, tous les véhicules seront équipés d’une prise compatible avec les bornes de recharge rapide (niveau 3) et d’un ensemble Hiver comprenant un chauffe-batterie, des rétroviseurs extérieurs chauffants, des sièges avant et arrière chauffants, un volant chauffant et une caméra de recul.

Selon le président de Nissan Canada, Joni Paiva, le prix de ces voitures pourrait graviter entre 13 000 et 16 000 $ environ, en incluant le rabais du nouveau programme québécois d’incitatifs. Naturellement, ce montant n’inclut pas les taxes de vente.

Millésimées 2013 et 2014, ces LEAF seront assorties d’une garantie de 3 ans ou de 40 000 km. De plus, les véhicules choisis pour ce programme auront une batterie ayant au moins 11/12 de sa vie utile.

Cette annonce de Nissan survient peu de temps après la livraison de la 5 000e LEAF au Canada, en avril. Un modèle dont la moitié des exemplaires vendus au pays ont trouvé preneur au Québec.

Rappelons que Nissan a produit un quart de million d’exemplaires de cette voiture électrique depuis sont lancement, en décembre 2010, et qu’un nouveau modèle qui sera dévoilé d’ici la fin de l’année inaugurera sa seconde génération. Cette nouvelle LEAF sera en vente dès l’an prochain.

Rappelons, par ailleurs, que le gouvernement du Québec a annoncé au SVÉM le lancement d’un projet pilote visant à favoriser l’acquisition de véhicules électriques (VÉ) d’occasion.

Présenté par le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, Pierre Arcand, ce projet s’adresse aux individus, aux entreprises et aux organismes publics désirant faire l’achat ou la location à long terme d’un VÉ chez un concessionnaire automobile, et leur permettra d’obtenir un rabais pouvant atteindre 4 000 $, soit la moitié de l’aide accordée pour un VÉ neuf.

Le gouvernement espère que ce nouveau projet pilote contribuera à l’atteinte de l’objectif d’immatriculation de 100 000 VÉ dans la province d’ici 2020.

Les véhicules éligibles au programme sont :

  • BMW i3 2014
  • Chevrolet Spark EV 2014
  • Ford Focus électrique 2013-2014
  • Mitsubishi i-MiEV 2013-2014
  • Nissan LEAF 2013-2014
  • Smart Fortwo Electric Drive 2013-2014
  • Tesla modèle S (60 ou 85 kWh)

Pour tous ces véhicules, sauf les Tesla, le programme propose un rabais de 4 000 $ à l’achat, un rabais de 3 000 $ pour une location de 36 mois ou moins de 48 mois, ou un rabais de 4 000 $ pour une location de 48 mois et plus.

Pour les Tesla, le programme propose un rabais de 1 500 $ à l’achat ou à la location pour une période de 48 mois ou plus, ou un rabais de 1 125 $ pour une location de 36 mois à moins de 48 mois.

Dans le cadre de ce projet pilote, pas plus de 1 000 rabais seront accordés d’ici le 31 mars 2018. De plus, ce programme ne s’applique pas aux véhicules hybrides rechargeables.

De son côté, le ministre des Transports du Canada, Marc Garneau, a annoncé au SVÉM que les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux se sont engagés à collaborer avec l’industrie et d’autres intervenants pour élaborer une stratégie pancanadienne relative aux véhicules zéro émission d’ici 2018.

Dans le cadre de l’élaboration de cette stratégie, un groupe consultatif national a déjà été mis sur pied pour penser à des options permettant de surmonter les obstacles principaux à une plus grande implantation de ces technologies.

Il se penchera sur cinq domaines d’intérêt : la disponibilité des véhicules, les coûts et avantages pour les propriétaires, l’accès à l’infrastructure, la sensibilisation du public, ainsi que la croissance propre et les emplois propres.