La nouvelle génération de Nissan LEAF a été dévoilée lors d’un événement de presse organisé au Japon le 6 septembre. Elle permettra de parcourir environ 40 % plus de kilomètres et sera offerte à un prix très proche du modèle 2017, une stratégie adoptée pour maintenir son image de véhicule électrique efficace et abordable.

Selon Nissan, la LEAF 2018 pourra parcourir jusqu’à 241 km avant que sa batterie ne nécessite une recharge. Cela représente un gain de 40 % par rapport à l’autonomie annoncée pour le modèle actuel, qui est de 172 km.

La capacité de sa batterie au lithium-ion passe d’ailleurs de 30 à 40 kWh. Les temps de la recharge, lorsque la batterie a atteint son seuil minimum, changent un peu, si l’on se fie aux périodes de temps annoncées par le constructeur. Ainsi, avec une borne de 240 v il passe de 6 à 8 h, alors qu’avec une prise résidentielle ordinaire de 120 v il diminue de 26 à 16 h. De plus, dans le cas d’une borne à haut débit, de 400 v et plus, la recharge à 80 % s’effectuera en 40 min plutôt que 30.

La puissance du moteur électrique de cette traction passe aussi de 80 à 108 kW (107 à 147 ch) et son couple de 187 à 236 lb-pi, ce qui devrait assurer de meilleures accélérations et reprises.

Au Canada, la LEAF 2018 sera offerte à partir de 35 998 $. C’est 2 000 $ de plus que le prix de base du modèle 2017. Les frais de transport et de préparation de 1 990 $ restent toutefois les mêmes.

Sur notre marché, ce prix situe cette nouveauté à quelques centaines de dollars d’une Hyundai Ioniq électrique (35 649 $; autonomie de 200 km), tout en lui préservant un statut plus abordable qu’une Chevrolet Bolt (45 145 $; autonomie de 383 km).

Le constructeur précise cependant qu’une version plus puissante de la LEAF, munie d’une batterie de plus grande capacité, sera offerte dès 2019 pour un prix qui n’a pas été annoncé.

Une dotation bonifiée explique, dans une certaine mesure, l’augmentation du prix. Cette voiture disposera, par exemple, d’un nouveau dispositif de récupération d’énergie appelé e-Pedal. Semblable à celui qu’emploient Hyundai et Chevrolet pour leurs compactes électriques, ce dispositif permet de récupérer de l’énergie électrique dès que le conducteur cesse d’appuyer sur l’accélérateur.

Ce système changera sans doute la manière de conduire la LEAF, puisqu’il sera possible de démarrer, d’accélérer, de ralentir et même d’arrêter en modulant la pression de pédale d’accélérateur. La pédale de frein demeurera néanmoins fonctionnelle en tout temps et pourra être utilisée pour ralentir la voiture d’une manière… traditionnelle.

Cette voiture électrique pourra aussi être dotée d’un dispositif de conduite semi-autonome appelé ProPilot Assist. Ce système permettra de maintenir la LEAF dans sa file sur une voie rapide (dont le revêtement aura un marquage délimitant les travées) et de maintenir une distance prédéterminée avec le véhicule qu’elle suit, et ce à des vitesses variant de 30 à 100 km/h.

Il permettra aussi de garer cette voiture de manière autonome. Une fois activée, cette fonction prendra le contrôle de la direction, de l’accélération, du freinage et la guidera automatiquement dans son espace de stationnement.

Le style de la nouvelle LEAF (acronyme qui serait tiré de Leading, Environmentally friendly, Affordable, Family car) s’inspire de la voiture-concept Nissan IDS dévoilée au Salon de Tokyo, en 2015.

Si l’allure paraît désormais moins excentrique, ses dimensions demeurent proches. La LEAF 2018 est marginalement plus longue (+45 mm), plus large (+20 mm) et plus basse (-5 à 15 mm). Par contre, l’empattement reste inchangé à 2 700 mm.

De plus, sa masse atteint désormais 1 557 à 1 591 kg, selon la version, soit une augmentation de 3 à 5 % par rapport aux modèles 2017 (1 481 à 1 541 kg).

Comme la voiture qu’elle remplace, la nouvelle LEAF aura des roues de 16 ou 17 po, selon la version.

La LEAF 2018 sera en vente dans plus de 60 pays. Sa commercialisation débutera au Japon, le 2 octobre. C’est à partir de janvier 2018 que les livraisons débuteront au Canada, chez les 97 concessionnaires Nissan désignés pour vendre et offrir le service pour ces voitures électriques.

Rappelons que plus de 283 000 LEAF ont été vendues à la grandeur de la planète depuis son lancement, en 2010. Au moment de publier cet article, 5 482 de ces voitures ont été vendues au Canada et, cette année encore, environ la moitié ont trouvé preneurs au Québec.