Ces informations, elles font état de voitures qui auraient été assemblées avec le même numéro de série. Ces dernières, toutes construites en Allemagne, auraient ensuite pris la direction de l’Asie.

Ces documents, nous apprend le journal allemand Handelsblatt, ont été découverts au mois de mars dernier alors que les enquêteurs écumaient les bureaux d’Audi en lien avec le scandale des moteurs Diesel. Pire, ils étaient, toujours selon le journal, cachés dans le département d’audits de la compagnie.

Pour l’instant, on ne sait pas combien de modèles sont touchés par cette affaire et les informations concernant leur identité ne sont pas claires. L’on sait cependant que les enquêteurs s’intéressaient particulièrement aux numéros de série de modèles A7 et A8, particulièrement, et que les véhicules suspects auraient pris la direction de la Chine, du Japon et de la Corée du Sud.

Il est bien sûr trop tôt pour savoir s’il s’agit d’une erreur humaine quelconque ou d’un geste volontaire posé par la compagnie. Avant de porter un jugement, il faudra attendre les conclusions de l’enquête.

Cependant, si jamais Audi devait être trouvée coupable, on parlerait alors d’un scandale majeur. Chaque voiture construite sur la planète reçoit un numéro de série différent. Il est illégal d’agir autrement. Il en va de la sécurité de tous advenant qu’un modèle soit impliqué dans quelques situations que ce soit, mais aussi de la valeur dudit véhicule. Si la production d’un modèle donné est limitée, le numéro de série fait foi de tout pour lui assurer de conserver sa valeur sur le marché.

Ce n’est pas un hasard si à une certaine époque, les cours de recyclage se faisaient voler les plaques d’identification de leurs véhicules lorsque ces dernières indiquaient la présence d’un moteur recherché sur le marché des collectionneurs. Ce fut notamment le cas avec les blocs HEMI de 426 pouces cubes de Chrysler.

Chez Audi, on s’est dit étonné d’apprendre que des véhicules avaient reçu le même numéro de série. La compagnie dit l’avoir apprise en même temps que les médias.

Les conclusions de l’enquête sont attendues avec impatience.