Voici l’Ox, une camionnette destinée à servir de moyen de transport abordable et efficace dans les régions en développement du monde, comme les pays d’Afrique. Elle se distingue par sa conception originale qui permet de l’expédier sous la forme d’un kit ultra compact à assembler. C’est comme une camionnette Ikea !

Initiative de Torquil Norman, un homme d’affaires britannique et philanthrope connu, ce projet est encadré par un organisme sans but lucratif appelé Global Vehicle Trust, qui a été fondé en 2013. En outre, pour développer l’Ox, Norman a fait appel à l’ingénieur automobile sud-africain Gordon Murray (qu’on aperçoit à droite sur la photo, en compagnie de Norman), père de la McLaren F1 et patron d’un studio de design portant son nom établi dans le Surrey.

HeapMedia395434

Pour ce véhicule utilitaire minimaliste qui se veut dur à la tâche, concept qu’évoque son nom (il désigne un boeuf en anglais), Murray et son équipe ont développé une architecture simple et robuste ayant une garde au sol élevée (250 mm) et des porte-à-faux ultracourts. Cela permet à l’Ox d’affronter les routes peu carrossables, la boue, le sable, etc.

Aussi longue qu’un utilitaire Hyundai Santa Fe Sport, l’Ox ne pèse que 1 600 kg. Selon la version choisie, elle peut transporter 13 personnes, huit barils de 200 L ou trois palettes de type européen. Sa capacité de charge atteint d’ailleurs 1 900 kg.

L’Ox est animée par un moteur industriel Ford. Ce 4-cylindres turbodiesel de 2,2 L produit 100 ch et livre ses 284 lb-pi de couple entre 1 300 et 2 100 tr/min. Logé transversalement dans la partie avant du châssis, ce moteur est jumelé à une boîte de vitesses manuelle à 5 rapports qui entraîne les roues avant. Peu gourmand, on lui attribue une autonomie atteignant 1 200 km.

Le mandat de Murray et son équipe visait à réaliser un véhicule polyvalent. Voilà pourquoi on l’a doté d’un poste de conduite central permettant à l’Ox de servir aussi bien dans les pays ayant la conduite à gauche que ceux qui ont la conduite à droite.

De plus, elle a un hayon arrière détachable qui peut servir de rampe, pour faciliter le chargement de la cargaison, alors que le cadre alvéolé des banquettes arrière se transforme en rampe de désemsablage, lorsque le véhicule est dans le sable.

« L’Ox s’inspire largement de l’Africar (photo ci-dessous), un véhicule développé dans les années 80 », explique Torquil Norman. « Ce projet a le même objectif, mais l’exécution est radicalement différente ».

HeapMedia395459

Conçue par un autre Britannique, Tony Howarth, l’Africar était construite en contreplaqué enduit de résine. L’Ox, elle, a un châssis tubulaire métallique habillé de panneaux de carrosserie plats fait en bois aggloméré. Même le verre du pare-brise est plat. Ce principe de conception réduit les coûts de fabrication, facilite le stockage et l’expédition.

Une grande part de la conception de l’Ox visait d’ailleurs à faciliter son expédition et son assemblage, une fois livrée.

Le véhicule entièrement démonté est chargé dans deux caisses, une opération nécessitant trois personnes et réalisée en 5,4 heures. Une première caisse réunit toutes les composantes de la carrosserie (y compris les pneus montés sur les roues), qui sont ingénieusement rangées dans les espaces vides du châssis tubulaire. La seconde caisse contient le groupe motopropulseur.

HeapMedia395437

Emballées de la sorte, six camionnettes Ox peuvent être chargées à bord d’un conteneur de 40 pi cu. Si elles étaient entièrement assemblées, pas plus de deux de ces camionnettes pourraient être chargées dans le même conteneur !

Une fois à destination, trois personnes sans expérience particulière seraient en mesure d’assembler une Ox en l’espace d’une douzaine d’heures.

Le Global Vehicle Trust de Torquil Norman cherche maintenant des investisseurs grâce auxquels ce projet pourrait passer à l’étape de la production. Jusqu’ici, le prix du véhicule n’a pas été évoqué.

« Nous avons reçu beaucoup d’échos favorables d’Afrique et de diverses organisations humanitaires », affirme Torquil Norman. « L’Ox représente une véritable opportunité pour faire une différence fondamentale et durable dans la vie des gens de là-bas. Notre priorité est maintenant de rassembler les sommes nécessaires pour mener ce projet à son étape finale. Je rêve de voir, un jour, une Ox dans chaque village d’Afrique ».