Si l’enfant qui sommeille en vous rêve de se rendre de Montréal à Québec à bord d’une auto volante, il vous est désormais possible d’en commander une. Depuis le 13 février, la société néerlandaise PAL-V (acronyme de Personal Air and Land Vehicle) accepte les commandes pour la Liberty, dont les premiers exemplaires de série sont promis pour la fin de 2018.

Développée par la société PAL-V International établie à Raamsdonksveer, aux Pays Bas, la Liberty sera à la fois une voiture à trois roues et un autogire, un type d’aéronef que certains comparent à un croisement entre un avion et un hélicoptère. Son développement, qui a débuté en 1999, a été dirigé par des spécialistes des secteurs de l’aéronautique, de l’automobile, de la recherche et du marketing.

Elle succède à deux générations de prototypes présentés respectivement en 2009 et 2012. La PAL-V One (présentée dans la vidéo ci-dessous) avait d’ailleurs suscité beaucoup d’attention de la presse mondiale lors de son vol inaugural, en avril 2012.

« Après des années d’efforts acharnés, consacrées à surmonter les difficultés techniques et les besoins de la certification, notre équipe a réussi à créer une voiture volante innovante, conforme aux normes de sécurité définies par les divers organismes de réglementation à travers le monde », affirme Robert Dingemanse, président et directeur général de PAL-V.

« La livraison des modèles certifiés pour la route et les airs est prévue pour la fin de l’année 2018. Nous sommes véritablement à une période charnière de l’histoire de la mobilité et de l’aviation », a-t-il ajouté.

Le constructeur néerlandais produira d’abord une version haut de gamme appelée Liberty Pioneer (montrée dans la vidéo ci-dessous). Offerte pour 499 000 € (près de 700 000 $), pas plus de 90 exemplaires de cette version « tout équipée » seront produits. Suivra ensuite une version plus… abordable dont le prix de départ sera 299 000 € (un peu plus de 410 000 $).

Dans les deux cas, le prix demandé comprend une formation avec instructeur près du lieu de résidence de l’acheteur, de même qu’un système d’instruments électroniques de vol. La dotation de série comprend également un système de chauffage, précise le constructeur.

PAL-V accepte actuellement des dépôts non remboursables pour l’achat d’une version Pioneer ou Sport qui se chiffrent respectivement à 25 000 € (plus de 34 600 $) et 10 000 € (près de 14 000 $). Le consommateur intéressé peut aussi inscrire son nom sur une liste de réservation pour la Liberty Sport en versant un dépôt remboursable de 2 500 € (près de 3 470 $).

L’utilisation de ce véhicule volant nécessite naturellement un permis de pilote d’autogire.

La PAL-V Liberty (dont les modèles de présérie n’ont pas encore été vus) a trois roues et un habitacle biplace fermé où les occupants prennent place en tandem. Elle peut transporter 20 kg de bagages.

Mesurant 4 m en utilisation routière, la Liberty est aussi longue qu’une Honda Fit. Par contre, elle est légèrement plus large (2 m par rapport à 1,7 m pour la Fit) et un tantinet plus haute (1,7 m contre 1,5 m).

Pour un usage aérien, par contre, sa queue à double dérive s’étire et porte la longueur à 6,1 m, alors que les pales qui se déploient ont une envergure de 10,75 m. Les roues avant et arrière se soulèvent, ce qui augmente la hauteur libre à 3,2 m. Le constructeur affirme que 5 à 10 minutes sont nécessaires pour transformer la voiture en autogire.

Contrairement à un hélicoptère, qui décolle et atterrit à la verticale, un autogire a besoin d’une piste d’atterrissage. Dans le cas de la Liberty, elle doit atteindre au moins 330 m pour le décollage et 30 m pour l’atterrissage.

La Liberty est doté de deux groupes propulseurs. Fort de ses 100 ch, celui qui l’anime sur la route autorise une accélération de 0 à 100 km/h en moins de 9 s et une vitesse de pointe de 160 km/h. La consommation de ce véhicule de 664 kg serait de 7,6 L/100 km.

Le constructeur affirme, en outre, que les suspensions qui inclinent l’habitacle dans les courbes (comme celles de la Carver, une autre 3-roues produite aux Pays-Bas jusqu’en 2009) donneraient une sensation de conduite sport indéniable.

Quant au moteur servant en vol, il développe 200 ch. Il permettrait à la Liberty d’atteindre 180 km/h (97 noeuds) et sa consommation serait de 26 L/h. Avec le réservoir de 100 L, cela donnerait une autonomie de 500 km avec une seule personne à bord. L’altitude maximale de la Liberty, enfin, est 3 500 m.