Pour la troisième année d’existence de la Slingshot, cette curieuse biplace sportive à trois roues de Polaris Industries, une troisième variante a été ajoutée à la gamme, alors qu’un toit amovible figure désormais parmi les options.

Baptisée Slingshot SLR, cette nouvelle version haut de gamme reprend la dotation du modèle SL, désormais de gamme moyenne. Cela comprend, entre autres, une chaîne audio Rockford Fosgate, une caméra arrière et une interface Bluetooth permettant la téléphonie cellulaire en mode mains libres.

À cela s’ajoutent des sièges exclusifs, un pédalier en aluminium, un volant et un pommeau de levier de vitesse Sparco gainés de cuir, de même qu’un éclairage intérieur nocturne à DEL.

La carrosserie de la SLR se distingue par ses deux teintes exclusives, orange (Orange Madness) ou argent (Turbo Silver), qui sont rehaussées d’appliques décoratives noires mettant en valeur le saute-vent teinté pleine largeur (celui de la Slingshot SL n’étant pas teinté, alors que la Slingshot d’entrée de gamme n’a pas de saute-vent).

La version SLR a également des roues noirâtres, dont une roue arrière de 20 po plus large que celle de la version SL. Enfin, le freinage est assuré par des disques en céramique.

Cette nouvelle version est offerte à partir de 34 499 $, soit 3 500 $ de plus que le prix d’une Slingshot SL (30 999 $) et 7 500 $ de plus que le prix de la version de base (26 999 $).

Pour répondre aux nombreuses demandes de sa clientèle, et ce malgré le fait que les sièges et le tableau de bord sont à l’épreuve de la pluie, Polaris offre désormais un toit rigide amovible (photo ci-dessous).

Baptisé Slingshade, cet accessoire optionnel coûte 3 799 $ et il a des sections supérieures latérales articulées, qui se soulèvent pour faciliter l’embarquement. Deux couleurs sont proposées : noir (Black Pearl) et rouge (Sunset Red).

Rappelons que la Slingshot est animée par un moteur Ecotec de General Motors, un 4 cylindres de 2,4 litres qui servait autrefois aux Chevrolet HHR (2009-2011) et aux Malibu (2010-2012).

Jumelé à une boîte de vitesses manuelle à 5 rapports qui entraîne l’unique roue arrière par une courroie, ce moteur qu’il faut nourrir de super, précise le constructeur, transmet 173 ch et 166 lb-pi de couple à ce petit bolide qui pèse moins de 800 kg. Voilà qui explique pourquoi environ six secondes suffisent pour qu’il atteigne 100 km/h lors d’un départ arrêté.

HeapMedia411539