Cette voiture à quatre places succède à la Quant e-Sportlimousine, qui avait été présenté au même salon l’année dernière.

Par rapport à sa devancière, la Quant F affiche des traits légèrement remaniés. Fabriquée en fibre de carbone, sa nouvelle carrosserie monocoque longue de 5,25 mètres (un Cadillac Escalade mesure 5,2 mètres !) doit offrir un intérieur plus spacieux à ses occupants.

De plus, elle inaugure une nouvelle boîte de vitesses automatique à 2 rapports « comme il n’en a jamais existé », affirme le constructeur. Elle a été développée spécifiquement pour les performances impressionnantes de cette voiture, qui aurait une vitesse de pointe supérieure à 300 km/h.

Son groupe motopropulseur produit une puissance maximale de 1 090 ch « pendant une durée limitée » et une tension nominale maximale de 735 V. L’e-Sportlimousine de 2014 disposait de 925 ch et une tension nominale maximale de 600 V; assez de puissance pour la propulser de 0 à 100 km/h en tout juste 2,8 secondes.

« Pour des raisons techniques et économiques, la tension nominale pour le fonctionnement normal de la Quant F se situera à environ 400 V à l’avenir, affirme le directeur technique, Nunzio La Vecchia. Cela permet une conduite efficace et économique qui se traduit par une autonomie plus élevée, accompagnée de performances exceptionnelles avec une absence d’émissions polluantes ».

L’énergie qui alimente les moteurs de cette voiture provient de fluides ioniques. « Au lieu d’utiliser de l’hydrogène et de l’oxygène comme dans une pile à combustible conventionnelle, nous travaillons avec deux fluides ioniques, l’un avec une charge positive et l’autre avec une charge négative », explique La Vecchia. Des fluides qui ne sont ni inflammables, ni toxiques, précise-t-il.

La Quant F dispose de deux réservoirs de 250 L (50 L de plus que ceux du prototype de 2014) installés séparément dans ses soubassements. Ces 500 L de fluides permettraient à la Quant F de parcourir jusqu’à 800 km, une autonomie 30 % supérieure à celle de sa devancière.

De plus, l’utilisation de fluides fournissant l’énergie présente d’énormes avantages par rapport à une pile traditionnelle dans le domaine de la mobilité électrique. « Nous pouvons utiliser toutes les cavités du véhicule pour loger le fluide ionique », affirme La Vecchia.

Autre innovation par rapport à sa devancière, la transmission intégrale en prise constante tirée des quatre moteurs électriques peut être convertie automatiquement en propulsion en débrayant le train avant, à une vitesse ou une accélération suffisamment élevée.

En outre, un aileron à deux positions constitue une autre caractéristique inédite de ce prototype. Activé automatiquement lorsque la vitesse atteint 80 km/h, il procure une portance négative supplémentaire sur les roues arrière pour rendre la conduite plus sportive.

Pour distinguer davantage la Quant F des autres véhicules sur la route, ses concepteurs ont muni ses blocs optiques avant de projecteur à cristaux rétroéclairés qui projettent le « Q » de son nom lorsqu’ils sont allumés. Les phares ressemblent alors à des yeux avec des pupilles. « Cela apporte à toute la partie avant encore plus de personnalité et lui donne un visage particulier », fait remarquer La Vecchia.

Ce dernier rappelle, enfin, que la commercialisation de la Quant est proche. L’extérieur du modèle F serait conforme à 100 % aux exigences de l’homologation pour une production en série, alors que l’intérieur le serait à environ 90 %.

Pour compléter son développement, il reste, entre autres choses, à réaliser des tests de collisions aux États-Unis et en Allemagne. « Pourtant, je dois dire que l’idée de faire subir ce genre de tests à une voiture aussi fascinante me fait vraiment souffrir », conclut La Vecchia.