Le premier véhicule utilitaire de série de Rolls-Royce sera appelé Cullinan. Il vient joindre, voire trôner au sommet du créneau naissant des VUS de grand luxe (ou de prestige, c’est selon).

Ce créneau ne cesse de prendre de l’ampleur depuis l’arrivée en 2017 du rival direct du Cullinan, le Bentley Bentayga, suivi du Lamborghini Urus qui débarque justement en primeur canadienne cette semaine au Salon de l’Auto de Toronto. À cela s’ajoutera dès 2019 l’Aston Martin DBX.

Le Rolls-Royce Cullinan sera dévoilé au cours de l’été et sa commercialisation débutera d’ici la fin de l’année.

D’où origine sa désignation? «L’appellation Cullinan était là, bien en vue, depuis que nous avions annoncé ce projet, il y a quelques années», confie l’Allemand Torsten Müller-Ötvös, président-directeur général de Rolls-Royce Motor Cars. «C’est le nom le plus approprié pour un véhicule extraordinaire.»

Connu du public depuis 2015, ce nom désignait jusqu’ici le projet entourant la réalisation de ce véhicule. Il avait été emprunté au plus gros diamant brut de l’histoire; une pierre précieuse nommée ainsi en l’honneur de Sir Thomas Cullinan, le propriétaire de la mine d’Afrique du Sud où elle fut découverte, en 1905.

HeapMedia481680

Cet utilitaire partagera la plateforme en aluminium de la nouvelle berline Rolls-Royce Phantom, une architecture réservée aux produits de cette marque britannique qui appartient à BMW depuis 1998.

Certaines sources indépendantes du constructeur affirment d’ailleurs que le Cullinan sera doté du moteur V12 biturbo de 6,75 litres et – surtout – de 563 chevaux de la Phantom.

Ce nouveau VUS de luxe «se conduira sans effort… partout», peut-on lire dans le communiqué émis par le constructeur. «Nous sommes en bonne voie pour créer une authentique Rolls-Royce qui, à l’instar des modèles précédents, va redéfinir les standards selon lesquels les produits de luxe sont évalués», affirme M. Müller-Ötvös.