La Shaali N360 est une voiture d’exception destinée à être produite au compte-gouttes. Dévoilée hier dans le cadre du Salon de l’auto de Dubaï au Moyen-Orient, cette petite biplace est aussi la première automobile pour piste de course mise au point aux Émirats Arabes Unis (EAU).

Fondée par deux Émiratis, Rashid Al Shaali et Mustafah Al Dah, Shaali Motorsport fait partie de ces entreprises artisanales qui fabriquent des bolides de conception extrême en très petite série.

Au salon dubaïote, elle côtoyait une autre voiture d’exception : la Vulcano Titanium, un bolide de 1 200 ch qui a , comme son nom l’évoque, une carrosserie en titane dont les panneaux fabriqués à la main nécessitent plus de 10 000 heures de martelage.

La Shaali n’est pas aussi extrême. Sa carrosserie fabriquée en matière composite habille un châssis en chrome-molybdène fabriqué localement. De plus, elle ne coûte pas 2,9 millions de dollars comme la Vulcano. La biplace émiratie affiche un prix de base plus humble, qui est vaguement supérieur à 155 000 $ (450 000 dirhams des EAU).

Un petit 4-cylindres de 1,4 L à turbocompresseur livre 360 ch à un régime de 10 000 tr/min à ce petit bolide, qui ne pèse que 635 kg. Il s’agit d’un moteur Bolt 4 fabriqué sur mesure par Hartley Enterprises de Milwaukee, au Wisconsin. Un moteur qui utilise une culasse de moteur Suzuki Hayabusa.

Une boîte de vitesses séquentielle Hewland à 6 rapports transmet la puissance aux roues arrière de cette voiture bénéficiant d’une répartition de la masse de 40/60.

Un porte-parole de l’entreprise affirme qu’un 4-cylindres Ford EcoBoost de 2,3 L sera également offert. Il permettra d’abaisser le prix de la N360, mais il sera deux fois plus lourd que le Bolt 4 de Hartley.

Bien qu’elle ait été créée pour les amateurs d’épreuves sportives sur piste, la Shaali N360 peut aussi être conduite sur les chemins publics. Au Canada, par exemple, le port du casque de sécurité serait toutefois obligatoire puisqu’elle n’a pas de pare-brise.

Il faudrait de 6 à 8 mois pour fabriquer une N360, une période de temps que le constructeur prévoit réduire lorsque ses installations seront entièrement fonctionnelles.

Shaali Motorsport espère construire une quinzaine de voitures par année. La société GTR Motors, un concessionnaire multifranchisé de Dubaï, assurera leur commercialisation.