Il faut préciser qu’il ne s’agit que d’un léger rafraîchissement esthétique, et non d’une refonte en profondeur de cette berline.

On la reconnaîtra à sa calandre en forme de sablier, design adopté en 2014, qui prend plus d’ampleur encore sur ce modèle.

L’avant de forme tourmentée a de nouveaux phares à DEL de type projecteur logés derrière des feux de jour en forme de flèche pointant vers le centre. Il y a aussi de petits antibrouillards qui sont encastrés dans l’extrémité inférieure du pare-chocs.

Cette voiture, qui attire une clientèle plutôt traditionnelle, a des roues en alliage de 17 po.

L’intérieur subit aussi quelques retouches. Par exemple, un nouvel écran tactile multifonction de 4,2 po remplace celui de 3,5 po de la ES actuelle. De plus, les sièges à sellerie en cuir ou en NuLuxe sont maintenant matelassés et offerts en quatre couleurs : topaze, brun, ivoire et noir. Le constructeur promet aussi un habitacle mieux insonorisé.

La berline ES devient le premier modèle Lexus à offrir un ensemble appelé Lexus + qui réunit quatre dispositifs d’aide à la conduite connus.

Il y a d’abord le système précollision. Il détecte des obstacles comme les véhicules et les piétons à l’aide d’un radar et d’une caméra pointée vers l’avant. Lorsqu’une situation potentiellement dangereuse survient, il émet un avertissement et peut assister le freinage ou même activer un freinage d’urgence sans l’intervention du conducteur.

Cet ensemble comprend également un système d’avertissement de louvoiement. À l’aide d’une caméra qui surveille les lignes de démarcation de la route, lorsque le véhicule dévie d’une trajectoire anticipée, ce système avertit le conducteur au moyen de signaux sonores et visuels, et en faisant vibrer le volant.

Il y a aussi un système de phares à changement automatique de faisceau. Il détecte les phares d’un véhicule venant à contresens ou les feux arrière d’un véhicule qu’on suit pour enclencher automatiquement le faisceau de route ou de croisement, de sorte à offrir le meilleur éclairage en conduite nocturne.

Un régulateur de vitesse adaptatif complète cet ensemble. À l’aide d’un radar, il mesure la vitesse du véhicule qui précède pour harmoniser celle de la ES et maintenir une distance sécuritaire.

Toyota reconduit pour cette ES 2016 les groupes motopropulseurs utilisés jusqu’ici, soit un 4-cylindres de 2,5 L et un V6 de 3,5 L, de même qu’un ensemble hybride constitué d’un 4-cylindres à cycle Atkinson jumelé à un moteur électrique.

La Lexus ES 2016 sera en production d’ici la fin de l’année à l’usine Toyota de Georgetown, au Kentucky. Elle sera alors le premier véhicule de marque Lexus à être assemblé aux États-Unis.

Ce ne sera toutefois pas le premier véhicule de cette marque à être assemblé en Amérique du Nord. Ce titre revient à l’utilitaire Lexus RX, qui est assemblé à l’usine Toyota de Cambridge, en Ontario, depuis septembre 2003.

Le choix du Salon de Shanghai pour dévoiler cette nouveauté n’était pas fortuit. La berline ES est le modèle Lexus le plus populaire en Chine. Aux États-Unis, elle occupe le deuxième rang des ventes de la marque derrière l’utilitaire RX.

Au Canada, par contre, la situation est très différente. Elle se contente de la quatrième place au palmarès des ventes de Lexus derrière la berline IS, plus petite, et les deux utilitaires RX et NX, dont les ventes sont de loin supérieures à celles de ces deux berlines.