Le lancement de la fusée Falcon Heavy doit avoir lieu cet après-midi en provenance du Centre spatial Kennedy, en Floride. Si aucun pépin technique ou la météo ne viennent modifier les plans, l’événement se produira entre 13 h 30 et 16 h aujourd’hui. Le cas échéant, une deuxième tentative sera faite demain.

La Falcon Heavy qui doit s’élancer vers l’espace utilise trois moteurs de la fusée Falcon 9 fabriquée par SpaceX. Cette dernière est une construction dite à étages (différents compartiments, chacun équipé de son propre moteur) et a été conçue pour transporter des satellites, mais éventuellement des astronautes à l’intérieur de sa capsule spatiale Dragon.

Il s’agit du premier engin orbital capable d’être réutilisé. Il a d’ailleurs déjà effectué plusieurs transports de satellites et a même servi à charrier de l’équipement vers et en provenance de la station spatiale.

Si le vol de la Falcon Heavy s’avère un succès, nous pourrons alors faire référence à la fusée la plus puissante à avoir été mis en opération. Pour vous donner quelques chiffres, cette dernière peut emporter 64 tonnes métriques de matériel en orbite. Selon SpaceX, c’est deux fois la capacité de tout autre véhicule du genre. En prime, elle coûte le tiers.

Parlant de SpaceX, rappelons que cette entreprise a été fondée par Elon Musk en 2002. Son objectif était de révolutionner le monde de la technologie spatiale, son but ultime étant de permettre à des humains de vivre un jour sur d’autres planètes. En 2017, la firme a procédé à la première réutilisation d’une fusée, une pratique qui assure une réduction substantiellement des coûts.

Ça n’a pas toujours été parfait, toutefois. Certains se souviendront de l’explosion d’une fusée Falcon 9 qui s’était conclue par la destruction de sa cargaison, un satellite appartenant à Facebook.

HeapMedia481319

Mais pourquoi vous parle-t-on de fusée dans nos pages ? Tout simplement parce qu’à l’intérieur de la Falcon Heavy qui doit prendre son envol cet après-midi se trouve une Tesla Roadster, soit le premier véhicule électrique commercialisé par la firme d’Elon Musk.

À bord de celle-ci, un mannequin habillé pour l’occasion d’une combinaison spatiale a été installé aux commandes. On connaît le sens du spectacle de monsieur Musk. Car, au demeurant, on ne devrait jamais revoir cette voiture, ni son occupant stoïque, puisque la deuxième section de la fusée doit catapulter la capsule contenant la voiture en orbite autour du soleil et d’où elle poursuivra sa route vers la planète mars.

On calcule que son périple pourrait durer quelques millions d’années. Une autre section de la Falcon Heavy devrait revenir à son point de départ au centre Kennedy cependant que la troisième partie, le cœur, doit en principe atterrir dans l’océan Atlantique, sur un bateau appartenant à SpaceX. Elle pourra alors être réutilisée.

De la vraie science-fiction, à la sauce Elon Musk.