La nouvelle a de quoi donner la frousse. Si personne n’est à l’abri d’une bourde, on s’imagine mal être victime d’une maladresse capable de nous placer en sérieuse difficulté, sinon en faillite. C’est pourtant ce qui aurait pu arriver à un usager d’Uber qui a pu compter sur l’aide des médias pour faire « entendre » sa cause.

L’incident s’est produit le 8 décembre dernier en matinée. Après s’être aperçu de l’erreur commise par le conducteur d’un taxi régulier qui effectuait une course pour le compte d’Uber, l’utilisateur en question aurait tenté de joindre la compagnie pour lui faire part du problème. Celle-ci n’aurait pas réagi jusqu’à ce que la nouvelle se mette à faire le tour des médias. Ce n’est qu’à ce moment que des représentants de l’entreprise sont intervenus pour reconnaître qu’une faute s’était produite. Du coup, ils ont remboursé la totalité de la somme exigée à l’homme.

« Il y a eu une erreur et elle a été corrigée. Nous avons présenté nos excuses à l’utilisateur et l’avons remboursé. Nous avons en place des mécanismes qui visent à empêcher que ce genre d’incident se produise et nous travaillons à comprendre ce qui est arrivé dans ce cas précis », a expliqué une porte-parole du service à la clientèle au site Internet Slate.

L’erreur, Uber le précise, est de nature humaine et non reliée à un problème informatique quelconque.

Certains éléments peuvent nous échapper, mais deux détails relatifs à cette nouvelle nous chicotent. D’abord, comment se fait-il que la situation n’ait pu être corrigée rapidement avec le conducteur du taxi au moment où l’imbroglio s’est produit ?

Puis, comment expliquer la lenteur d’Uber à réagir aux doléances du client qui se sentait floué à ce moment-là? On ne parlait pas d’une somme de 10 $ ou de 20 $ demandée en trop, mais bien d’un montant qui correspond au prix d’une Honda Civic. Quand même !

Voilà de quoi relancer le débat concernant les services proposés par Uber. On se souviendra des charges exorbitantes exigées pour des déplacements dans la région de Montréal dans la nuit du jour de l’an 2016.

Avez-vous déjà été victime d’une surfacturation pour un transport effectué avec un chauffeur d’Uber ? Est-ce que ce genre d’incident est de nature à modifier vos habitudes ?

Voilà des questions qu’un certain client de Toronto doit sérieusement se poser…