C’est sur l’autoroute 40, à la hauteur de Yamachiche, que les policiers ont intercepté le jeune homme qui roulait à une vitesse de 253 km/h à bord d’un véhicule sport modifié.

Un tel excès de vitesse entache le dossier avec 36 points d’inaptitude, ce qui entraîne automatiquement une suspension de permis de conduire. Toutefois, l’amende n’est pas aussi salée que nous pourrions le penser puisque la loi empêche les policiers de donner une amende plus élevée que 100$ à un mineur. Une personne majeure aurait dû payer 2287,50$, soit 1830$ ainsi que des frais représentant 25% du montant.

Le permis de conduire du jeune homme est suspendu pour une durée d’un an et devra repasser l’examen de la SAAQ et payer son permis 470$ au lieu de 89,25$.

La Société de l’assurance automobile du Québec juge que le fait que les mineurs soient exemptés d’un constat d’infraction représentant le réel montant ne démontre pas la gravité de leur geste.

«Nous avons fait des représentations auprès du ministère de la Justice à ce sujet. Un des effets dissuasifs des grands excès de vitesse est que le montant de l’amende est doublé. Dans ce cas, ça ne s’applique pas. Il ne reste que les points», explique Gino Desrosiers, relationniste pour l’organisme.

Suivant cette intervention, le ministère de la Justice évalue la possibilité d’éliminer la limite de 100$ chez les mineurs.

En 2012, 11 733 grands excès de vitesse (plus de 160 km/h) ont été enregistrés au Québec. Annuellement, ce sont entre 300 000 et 400 000 constats d’infraction qui sont remis aux automobilistes qui n’ont pas respecté la limite de vitesse.