Les faits ? En mars 2016, Ford procédait à une campagne de rappels visant la transmission automatique de certains modèles Ford F-150, Mustang, Expédition et Navigator (Lincoln) de millésimes 2011 et 2012.

Le problème était que ladite transmission pouvait passer au premier rapport à tout moment, causant ainsi des décélérations importantes. Voilà le genre de situation qui peut représenter un danger immédiat et provoquer un accident, spécialement lorsque ça entraîne le blocage ou le glissement des roues arrière.

HeapMedia479678

Là où la NHTSA s’interroge, c’est que les 123 plaintes reçues l’ont été après le début de la campagne de rappels.

En effet, plusieurs propriétaires mentionnent que leur véhicule n’était pas inclus dans la liste initiale des produits concernés, même s’ils en montraient les symptômes.

Pire encore: des automobilistes soutiennent que les correctifs apportés par Ford n’ont rien donné.

En investiguant, la NHTSA devra déterminer à qui revient la faute et, surtout, établir si quelqu’un, quelque part, n’a pas fait son travail. Est-ce que plusieurs concessionnaires sont à blâmer ? Est-ce que la procédure mise de l’avant pour la réparation n’était tout simplement pas efficace ? Si oui, pour quelles raisons ? Enfin, a-t-on volontairement tenté de tourner les coins ronds ?

Les enquêteurs de la NHTSA ont du pain sur la planche: afin de ratisser plus large et recueillir plus de données, ils vont se pencher sur les versions 2013 des modèles touchés.

Voilà une histoire que nous allons suivre de près. La dernière chose dont un constructeur a besoin, c’est d’un scandale. Parlez-en à Volkswagen…