Une Batmobile 1966, ça vous dit ? L’encanteur étatsunien Mecum en offrira une à sa vente de Kissimmee en Floride, en janvier. Chose rare, le prix demandé pour cette biplace de justicier télégénique sera relativement bas. En effet, la valeur annoncée pour cette pièce de collection, qui a eu entre autres propriétaires George Barris lui-même, le père de la Batmobile des années 60, se situerait entre 275 000 et 325 000 $ US selon l’encanteur.

Ces chiffres laissent croire qu’il s’agit d’une véritable aubaine. Après tout, la dernière fois qu’une Batmobile a été vendue aux enchères, son acquéreur a dû débourser un montant dans les sept chiffres pour l’obtenir. Mais il s’agissait de la Batmobile « numéro 1 ». L’original, si vous préférez.

C’était le 19 janvier 2013 et la foule dense qui assistait à la 42e vente annuelle de Barrett-Jackson à Scottsdale, en Arizona, était en délire au moment où George Barris a accepté de se séparer de sa Batmobile originelle pour la coquette somme de 4 620 000 $ US, un prix record pour un véhicule vedette de film et de télévision.

Barris, un carrossier californien habitué des studios d’Hollywood, l’avait construite en 1966 à partir la Lincoln Futura 1955, une voiture-concept aujourd’hui oubliée.

HeapMedia411313

La Batmobile qui sera en vedette à Kissimmee — un vendredi 13 ! — n’est pas aussi importante d’un point de vue historique puisqu’il s’agit d’une copie. Ce n’est pas une des quatre Batmobile construites par Barris (une originale et trois copies à carrosserie en fibre de verre) pour la populaire série télévisée des années 60.

On la surnomme « Batmobile numéro 5 ». Elle est le fruit d’un passionné de la série Batman nommé Jim Sermersheim. Aujourd’hui octogénaire, cet ingénieur d’Evansville en Indiana eut un jour l’idée saugrenue de construire sa propre Batmobile, ce qu’il fit avec une Ford Thunderbird 1958 à partir de photos et des images diffusées à la télé.

La Batmobile numéro 5 finit néanmoins par être esthétiquement fidèle à la voiture numéro 1 et particulièrement détaillée. D’ailleurs, les accessoires de l’habitacle et le « réacteur » arrière de cette Batmobile sont tous fonctionnels, contrairement à plusieurs composantes des voitures de Barris !

L’histoire raconte que Sermersheim l’a utilisé durant près de deux ans pour des expositions aux États-Unis et au Canada jusqu’à ce que George Barris lui achète pour la retirer de la circulation !

HeapMedia411302

Puis, en 1986, elle change de main de nouveau, lorsque Barris la vend à un collectionneur de voitures d’Hollywood : Robert Butts d’El Cajon en Californie, qui l’a paye 30 000 $ US. La Batmobile numéro 5 est alors dans un piteux état.

Ce dernier la fait restaurer de fond en comble avant de la revendre, deux ans plus tard, aux Chinery, un couple fortuné du New Jersey. L’épouse, qui souhaite l’offrir en cadeau d’anniversaire à son conjoint, un fanatique de la série culte, débourse 165 000 $ US pour l’obtenir. En prime, elle obtient une réplique du Batcycle 1966 !

Les spécialistes de Mecum affirment que cette Batmobile est en vente pour la première fois en 28 ans. Ils oublient de mentionner que l’été dernier, les courtiers en voitures de collection de la société LBI de Philadelphie, en Pennsylvanie, ont tenté de la vendre, mais sans succès. Le prix demandé, 500 000 $ US, semble avoir été trop élevé puisque cette Batmobile se retrouve en vente cette fois à moitié prix !

Mecum offrira plus de 3 000 automobiles et camions légers de collection lors de sa vente aux enchères de Kissimmee, un événement qui s’étalera du 6 au 15 janvier 2017.