General Motors et le TARDEC dévoileront le prototype d’une camionnette Chevrolet Colorado alimenté par une pile à hydrogène en octobre dans le cadre d’une rencontre de l’Association de l’Armée des États-Unis qui aura lieu à Washington, D.C.

Cette annonce, qui a été faite hier par voie de communiqué, permettra de découvrir le fruit d’une collaboration amorcée en novembre 2015 par GM et le TARDEC (Tank Automotive Research, Development and Engineering Center), un centre de recherches et de développement de l’Armée des États-Unis situé à Warren, au Michigan, qui se spécialise, entre autres, dans les moyens de transport terrestre.

Ce prototype, qu’on surnomme « Colorado pour hors route extrême », a été conçu pour servir de véhicule de reconnaissance. Il permettra d’évaluer le potentiel que présente son groupe motopropulseur électrique alimenté par une pile à l’hydrogène. Une technologie qui devrait rendre ce véhicule silencieux et en faire une source d’énergie mobile. Le TARDEC souhaite également mesurer le gain obtenu en couple à bas régime.

« Les véhicules à pile à hydrogène sont très silencieux, ce qui est particulièrement important pour les éclaireurs et les unités spéciales », avait expliqué le directeur du TARDEC, Paul Rogers, lorsque ce projet avait été amorcé, en 2015. « De plus, une pile à hydrogène produit de l’eau comme sous-produit, ce qui peut se révéler extrêmement précieux dans un environnement aride ou inclément. »

Aucun détail technique relatif à ce prototype n’a été dévoilé. D’ailleurs, dans le communiqué publié conjointement par GM et le TARDEC, M. Rogers précise qu’a priori, l’Armée des États-Unis évalue le potentiel d’une pile à hydrogène quel que soit le type de véhicule qui l’utiliserait.

« Le projet du Colorado développé pour le TARDEC est un nouvel exemple d’applications non traditionnelles d’un groupe motopropulseur à hydrogène », affirme Charlie Freese, le directeur général du département Global Fuel Cell Activities de GM. « Des projets pareils nous aideront à atteindre notre objectif, qui consiste à faire la mise en marché d’un système à pile à hydrogène d’ici 2020. »

GM travaille également avec la Marine des États-Unis, pour laquelle il développe des moyens pour adapter ses technologies de véhicules à hydrogène à des véhicules sous-marins autonomes.

Rappelons que GM a débuté ses recherches sur la pile à hydrogène au milieu des années 60. Mais depuis le tournant du 21e, le constructeur s’est engagé dans des ouvrages plus ambitieux qui ont donné naissance à différents véhicules concepts originaux (Precept, Autonomy, Sequel, Hy-Wire, etc.), de même que quelques séries de prototypes plus réalistes qui ont été mis à l’essai en Amérique du Nord (les GMT800 et Equinox FCEV) et en Europe (les Opel HydroGen1 et HydroGen3).

Avec son parc de 119 Equinox FCEV, le projet « Driveway » lancé en 2007 a d’ailleurs permis à GM d’accumuler beaucoup d’informations issues d’expériences de conduite réalisées par plus de 5 000 automobilistes qui ont parcouru un total de près de 5 millions de kilomètres avec des véhicules proches d’un modèle de série.