Le film culte « C’était un rendez-vous » de Claude Lelouch, qui a fait rêver des milliers de passionnés de conduite sportive dans les années 70, a été recréé pour souligner le 40e anniversaire de sa sortie sur grand écran. Mais cette fois, la vedette automobile est une rutilante Ford Mustang 2017 et le film a été produit en format 360 degrés et réalité virtuelle.

Intitulée « Re-Rendez-vous », cette réédition du film de 1976 a été réalisée en collaboration avec Claude Lelouch par GTB (acronyme de Global Team Blue), une filiale de la société britannique WPP qui gère la publicité de Ford Motor à l’échelle mondiale.

Le court-métrage original constitué d’un long plan-séquence d’un peu plus de 8 minutes présentait une course contre la montre filmée à 5:30 du matin dans les rues de Paris.

Filmé à l’aide d’une caméra fixée très bas à l’avant d’une auto conduite à haute vitesse (une Ferrari 275 GTB prétendait-on à l’époque, alors qu’il aurait s’agit d’une grosse Mercedes-Benz, selon certains férus d’histoire du cinéma), ce plan-séquence montrait plusieurs points de repère familiers de la Ville Lumière, dont l’Arc de triomphe, la basilique du Sacré Cœur et Montmartre.

Cette courte histoire haletante évoquait l’empressement d’un homme à rejoindre une femme. Deux personnages dont on ne découvrait, par ailleurs, le sexe qu’à la toute fin du film.

Pour le nouveau film, cependant, on a inversé les rôles, puisque c’est une femme qui prend le volant, détail qu’on ne découvre naturellement qu’à la fin, tradition oblige.

De plus, le tracé emprunté par le « Pony Car » de Ford a dû être changé en partie, certaines artères ayant disparu depuis le tournage de 1976.

On peut dès maintenant visionner « Re-Rendez-Vous » sur YouTube, mais ce film sera bientôt disponible sur le marché.

Le lien entre Ford et Lelouch n’est pas nouveau. Il remonte à 1966, année où le réalisateur français avait présenté « Un homme et une femme », un film mettant en vedette Jean-Louis Trintignant incarnant Jean-Louis Duroc, un pilote qui prenait part au rallye de Monte-Carlo au volant d’une Ford Mustang blanche.

Grâce à ce film, Lelouch avait d’ailleurs décroché la Palme d’or du Festival de Cannes de 1966, de même que l’Oscar et le Golden Globe du meilleur film étranger.