Achetez une camionnette W-15 et choisissez, parmi ses options, un hélico SureFly ! On imagine déjà ce genre de slogan dans la publicité de Workhorse, le petit constructeur de véhicules commerciaux d’Ohio, qui a présenté sa camionnette à motorisation hybride rechargeable en mai.

Voici maintenant qu’il s’apprête à dévoiler un hélicoptère baptisé SureFly utilisant le même genre de motorisation au Salon international de l’aéronautique et de l’espace du Bourget à Paris, le 19 juin prochain.

Comme son nom le suggère, le SureFly se veut sécuritaire et stable, davantage qu’un hélicoptère classique affirme le constructeur.

Sa conception en fait d’ailleurs un « quadricoptère ». En effet, cet appareil est doté de quatre doubles rotors électriques et de deux rotors anticouples. L’électricité provient d’une batterie principale alimentée par un moteur à essence servant de génératrice (comme dans une Chevrolet Volt).

Le constructeur a prévu une batterie de secours pour alimenter les moteurs électriques en cas de défaillance du moteur-générateur à essence, de même que d’un parachute balistique destiné de ralentir l’appareil en chute libre lors d’une défaillance mécanique survenant à haute altitude.

Conçu pour transporter deux personnes, cet appareil aurait une autonomie d’environ 112 km (70 mi) avec un plein de carburant, affirme le constructeur. De plus, le fuselage et les pales des rotors faits en fibre de carbone minimisent la masse pour permettre au SureFly d’atteindre une vitesse de pointe de 112 km/h.

Pour faciliter son entreposage, les pales des rotors se replient pour permettre de garer le SureFly dans le garage d’une résidence unifamiliale.

Les premiers modèles de cet hélicoptère seront conçus pour avoir un pilote aux commandes. Dans une phase ultérieure de son développement, le constructeur entend offrir des modèles à vol autonome capables de transporter une charge atteignant 180 kg (400 lb).

Avec ce nouveau véhicule, Workhorse vise des clientèles commerciales et institutionnelles comme les agriculteurs, les services d’urgence, les militaires et même les banlieusards aisés.

Les premiers essais en vol devraient avoir lieu cette année et Workhorse espère obtenir une certification de la Federal Aviation Administration d’ici la fin de 2019.