Depuis des années, alors que le cirque de la F1 envahit l’île Notre-Dame pour y disputer le Grand Prix du Canada, le centre-ville de Montréal s’anime d’une foule d’activités pour le plus grand plaisir des visiteurs et autres passionnés qui viennent assister à la course. Cette année, les organisateurs du Festival de la rue Crescent, événement annuel lié au Grand Prix, ont mis le paquet en permettant à leurs visiteurs d’admirer une Pagani Huayra 2016 d’une valeur proche de 4 millions de dollars !

La Huayra est une biplace de haute performance construite par Pagani Automobili à Modène, en Italie. Elle emprunte son nom à Wayra Tata (appelé également Huayra-tata), le Père du vent, un dieu vénéré par des autochtones boliviens et péruviens.

Ce bolide est animé par un V12 biturbo de 6,0 L fabriqué par Mercedes-AMG. Fort de ses 730 ch, ce moteur ne produit rien de moins que 738 lb-pi de couple.

Des 100 exemplaires de cette voiture que produira Pagani, celui qu’on peut admirer sur la rue Crescent est le seul à avoir été immatriculé en sol canadien.

Propriété de la société OB Prestige Auto de Gatineau, de l’homme d’affaires Olivier Benloulou, il est d’ailleurs à vendre pour la coquette somme de 3 999 995 $ !

On peut admirer cette Pagani jusqu’au 11 juin sur un site aménagé au coin du boulevard De Maisonneuve et de la rue Crescent.

Elle y côtoie quelques autres voitures d’exception, dont un prototype d’Infiniti appelé Project Black S, qui avait été dévoilé au Salon de l’auto de Genève, en mars dernier. On peut aussi voir la vedette à quatre roues (et grandeur nature) de la série cinématographique « Cars » : Lightning McQueen.

Les lecteurs d’autofocus.ca pourront bientôt en apprendre davantage sur le propriétaire de cette voiture étonnante en regardant « Rapides et millionnaires ». Cette nouvelle série documentaire produite par Anémone Films, qu’on pourra voir dès le mois d’août sur Ztélé, plongera les téléspectateurs dans le quotidien fascinant d’Olivier Benloulou, un passionné d’automobiles et riche entrepreneur capable de louer un jet privé pour aller passer un après-midi en Californie, pour le simple plaisir de s’acheter une Rolex avec un ami de Los Angeles !