Si vous nous avez lu l’an dernier à pareil moment, vous appreniez que pour une 6e année d’affilée, le Jeep Wrangler était le véhicule qui, d’entre tous, avait le moins déprécié.

De fait, toutes catégories automobiles confondues, le bon vieux Jeep avait su conserver, quatre ans après son achat (neuf), une impressionnante proportion de son prix d’origine, soit 79%.

Non seulement cela lui permettait d’encore devancer une certaine Porsche Boxster, mais c’était aussi un bond phénoménal versus les 70% de sa valeur retenue notée à la période 2011-2015.

Ce 79% enregistré par le Wrangler l’an dernier était d’ailleurs le plus haut taux jamais comptabilisé par le Canadian Black Book depuis la création des récompenses Meilleures Valeures Retenues il y a une décennie.

Jusqu’à présent.

Car surprise: pour l’édition 2017, donc pour les véhicules achetés à l’état neuf en 2013, le Jeep Wrangler a eu beau retenir trois points de pourcentage en sus à sa valeur d’acquisition, soit 82%…

… cela n’a pas suffit. Non seulement l’utilitaire américain se fait tourmenter par la camionnette Toyota Tacoma qui, elle aussi, conserve désormais 82% de sa valeur après quatre ans sur le marché…

… mais le Jeep Wrangler perd la couronne (celle-là même qui lui aurait permis de clamer une 7e année consécutive de championnat) aux mains d’un autre utilitaire, le Toyota FJ Cruiser.

Ce Toyota FJ Cruiser enregistre 83%, soit un point de pourcentage en plus qui vient établir la nouvelle marque à battre. Pas mal, pour un véhicule qui n’est plus distribué sur notre marché depuis bientôt trois ans…

… à moins que ce soit justement sa rareté qui explique ce coup d’éclat, au nez et à la barbe du Jeep qui vient de célébrer, mine de rien, ses trois quarts de siècle ?

HeapMedia424409