Les constructeurs multiplient les dévoilements hors des grands salons. Après Honda, Alfa Romeo et Chevrolet, Volkswagen adopte de nouveau cette stratégie pour présenter en première mondiale la huitième génération de sa populaire compacte à hayon : la Golf. C’est donc dans le confort de la tour principale du complexe récréotouristique Autostadt à Wolfsburg, en Allemagne, où se trouve le siège social mondial du constructeur, que cet événement a eu lieu aujourd’hui, huit jours avant l’ouverture du Salon de l’auto de Los Angeles.

Volkswagen a présenté les nouvelles versions des Golf à 3 et 5 portes, mais aussi la Golf GTI (photo ci-dessous), la Golf GTE (version à propulsion électrique absente de la gamme canadienne) et la familiale Golf Variant (appelée Golf SportWagen et Golf Alltrack au Canada).

HeapMedia408784

Le constructeur parle d’une Golf « complètement restylée », mais les néophytes n’y verront qu’une voiture ressemblant étrangement à la Golf « 7 », lancée en 2012. En effet, le design de cette huitième génération est visiblement teinté par une progression retenue des formes de la Golf antérieure.

Les changements apportés à la carrosserie portent principalement sur la forme des pare-chocs avant et arrière, et des ailes avant. On remarque aussi des feux arrière à DEL, désormais de série, et de nouveaux blocs optiques avant, qui pourront désormais être dotés de feux diurnes et de projecteurs à DEL, à tout le moins ceux des versions haut de gamme. Cette Golf aura aussi un nouveau choix de roues, de coloris, de revêtements pour les sièges et de finitions intérieures.

Une des nouveautés les plus inspirantes est d’ailleurs à l’intérieur de la voiture. Il s’agit de la nouvelle chaîne d’infodivertissement Discover Pro (de série) qu’il sera possible de contrôler à l’aide de commandes gestuelles. Avec son interface futuriste, cet appareil constitue une première dans le créneau des voitures compactes. En outre, selon la version, la Golf sera munie d’un écran tactile de 6,5, 9,2 ou 12,3 po.

HeapMedia408783

La Golf s’avance davantage dans l’ère des dispositifs d’aide à la conduite en adoptant de nouvelles technologies telles qu’un système de détection des piétons, le nouveau Traffic Jam Assist, un dispositif de conduite partiellement autonome fonctionnel jusqu’à 60 km/h) et le nouvel Emergency Assist, un dispositif anticollision également inédit dans ce créneau.

Pour ce qui est des motorisations, le constructeur met l’accent sur de nouveaux moteurs TSI à essence et une nouvelle boîte automatique à double embrayage. Ainsi, la Golf pourra recevoir, entre autres, un nouveau 4-cylindres turbo TSI Evo de 1,5 L produisant 150 ch et doté d’un dispositif de gestion active des cylindres. De plus, le constructeur réserve à la GTI un choix de deux motorisations de 230 et 245 ch. Enfin, une nouvelle boîte automatique DSG plus efficace à 7 rapports et double embrayage remplacera progressivement toutes les boîtes DSG à 6 rapports.

Rappelons que la première Volkswagen Golf est apparue en 1974. Depuis, le constructeur allemand a vendu plus de 33 millions d’exemplaires des sept premières générations de cette voiture.

Le dévoilement de la nouvelle Golf, qui s’est produit à l’écart des grands salons internationaux, confirme une tendance grandissante parmi les constructeurs.

Déjà, le 27 octobre dernier, Volkswagen avait fait de même pour son nouvel utilitaire à 7 places, l’Atlas, en le dévoilant devant un petit groupe de journalistes réunis à Santa Monica, en Californie. Un événement réalisé sans tambour, ni trompette, mais avec une rediffusion massive d’informations sur Internet.

Auparavant, Alfa Romeo avait adopté la même stratégie pour le lancement de la berline Giulia, organisé dans les installations fraîchement rénovées du Musée Alfa Romeo à Milan, en juin. Puis, en août, c’est au Musée de la science et de l’industrie de Chicago que General Motors a levé le voile sur le Chevrolet Equinox 2018, alors que Honda a choisi un ancien entrepôt du centre-ville de Detroit pour le dévoilement mondial du CR-V 2018, en octobre.

Pour justifier cette nouvelle manière de faire, les constructeurs évoquent sans hésiter un retour sur investissement moins favorable pour les événements réalisés lors des grands salons.

En effet, un événement réalisé en solo dans un lieu isolé procure à coup sûr au constructeur l’entière attention des médias, alors que dans un salon, la multiplicité des dévoilements éparpille les journalistes, ce qui peut avoir un impact défavorable sur l’ampleur de la couverture de presse.

HeapMedia408777